Alternative aux enceintes connectées

Dans cette contribution, nous allons nous intéresser aux enceintes connectées. Ou, plus précisément, sur le meilleur moyen de les remplacer. Si tu ne connais pas le principe de ces gadgets inutiles, voici déjà quelques éléments complétement épurés de tout marketing. Pour faire court, les enceintes connectées sont également appelées « enceintes intelligentes ». Avec ces termes à forte connotation startup, on pourrait être tenté de penser qu’en achetant ces choses on ferait en quelque sorte entrer Einstein à la maison. Or, il n’en n’est rien. En cédant aux sirènes de Google, ou Amazon, ou Apple, ou autre pirate du numérique à la solde de la bourse, vous ferez juste entrer le loup dans la bergerie.

Avant de développer mon propos sur ces périphériques, qui resteront gravés dans nos mémoires comme étant le summum de l’attrape-nigaud de ce premier quart de siècle, je vais commencer par te présenter l’alternative. Son nom c’est « enceintes connectées », au pluriel parce que ce matériel fonctionne par paire. Ce dispositif, fût breveté pour la première fois en 1877 par l’industriel et inventeur allemand Werner von Siemens. Depuis cette époque, de nombreux perfectionnements ont été réalisés de façon à améliorer la qualité sonore. Voilà ce que cela donne en image :

Le fonctionnement est très simple :

1) Un moteur transforme l’énergie électrique en énergie mécanique
2) ce moteur transmet cette énergie mécanique à la membrane
3) la membrane transmet l’énergie mécanique à l’air ambiant
4) Le son est diffusé plus ou moins fort en fonction de la puissance d’entrée
5) Le voisin frappe à ma porte afin de me prier de baisser le volume

Maintenant que nous avons une bonne paire d’enceintes, il reste encore à les connecter sur un amplificateur d’une puissance adaptée. Si tes finances te le permettent, ne lésine pas sur la qualité. Avec de petits moyens, il y a de superbes affaires à réaliser sur le marché de l’occasion. Pour que tout soit parfait, il nous manque encore un bon caisson de basses afin que l’extase soit au rendez-vous.

Et pour finir, nous avons besoin d’une source pour diffuser le son dans l’amplificateur. Mon choix personnel se porte tout naturellement sur la très célèbre platine MK2 de chez Technics. Cette solution n’étant plus fabriquée depuis 2010, il va falloir chiner un peu, mais le jeu en vaut largement la chandelle. En admettant que tu sois réfractaire à l’idée d’utiliser du matériel de la vieille école, il y a aussi la possibilité de passer par un ordinateur et d’utiliser des fichiers FLAC ou OGG non-compressés. Au passage, si tu penses que le MP3 c’est pareil que le son du vinyle, ou que celui du numérique sans perte, l’achat d’une boite de cotons-tiges s’impose. Et si jamais les symptômes persistent, une visite chez un bon ORL devrait arriver à venir à bout de ce problème.

Après cette subtile mise au point, nous arrivons à la phase où tout est complet au niveau du hardware. Reste maintenant à relier tout ça et à trouver une application. Du genre : la quintessence de la composition sonore. Ou, plus explicitement, de quoi faire dresser les poils des avant-bras de tout audiophile qui se respecte. Cela tombe bien, j’ai ce qu’il vous faut en rayon. L’album qui déchire sa race, comme le disait si bien je ne sais plus quel poète après avoir ingurgité cul-sec plusieurs pintes de bière belge.

A présent que la technique est calée, aménage une ambiance chaleureuse dans ton salon. Lumière tamisée, bougies, ainsi que tout un tas d’autres choses qui pourraient te faire plaisir… Dès que c’est bon, pose le disque sur la platine et appuie sur le bouton power. Reste à placer délicatement le diamant sur le premier sillon. Et maintenant, silence ! La magie va opérer. Écoute… il y a d’abord ce petit grésillement. Puis, la musique démarre et envahit peu à peu tout ton être, jusqu’à flatter tous tes sens. C’est juste un pur moment de bonheur qui durera jusqu’à la fin de l’album. Et la bonne nouvelle, c’est que tu pourras reproduire cette expérience hautement spirituelle à l’envie. Bien évidemment, il te faudra songer à dénicher d’autres disques, parce qu’avec un seul tu risques de te lasser assez vite.

Comme tu peux le constater, ce système d’enceintes connectées non-intelligentes remplit admirablement bien sa fonction. Du fait, on peut en conclure que c’est un très bon investissement. D’autant plus que ce matériel est très facile à réparer soi-même. Au final, que l’on soit mélomane ou pas, il n’y a rien de choquant sur le principe. Ce qui nous donne un point de référence pour aborder le cas des enceintes dites intelligentes.

Pour faire court, une enceinte connectée à la sauce Silicine Valley, c’est du son tout pourri qui est associé à des fonctions dont la pertinence et le niveau de probité commerciale laissent grandement à désirer. Mais plutôt qu’un long discours, voici un reportage de terrain. Chez Solutions Alternatives nous ne reculons devant aucun danger. Pour votre information, j’ai tenté de passer une journée avec une enceinte 2.0. Et voici le récit de mon expérience utilisateur :

7h30 | L’enceinte émet une lumière colorée et clignotante. Elle me dit d’une voix suave qu’il est l’heure de se lever pour aller gagner de l’argent afin de pouvoir acheter d’autres stupidités du même acabit qu’elle.

7h32 | Je me suis rendormi. L’enceinte commence à diffuser le dernier de titre maitre Gims. Et là je l’engueule direct. Je lui dis que notre cohabitation ne va pas être possible. Elle me répond sur un ton triste qu’elle a farfouillé dans mes comptes Facebook et Deezer pour essayer de cerner mes gouts. Je lui demande de quel droit elle s’est permis cette intrusion. Elle me répond que c’est pour mon bien et me jure de ne plus recommencer. Je n’ai pas trop envie de me prendre la tête avec ça, alors je lui pardonne. Mais je me pose tout de même des questions. Comment avait-elle pu arriver à conclure que je pourrais apprécier de la musique pour adolescents décérébrés ? Est-ce à cause du massacre du titre Bella Ciao par la nouvelle idole des jeunes qu’elle a associé à un de mes récents séjour au Congo ? Cela reste un mystère…

7h35 | L’enceinte me propose d’acheter le dernier album de René la taupe sur l’Apple store. Sur un ton très énervé, je lui demande ce qui a pu lui faire croire que je pouvais apprécier les attentats auditifs. Elle me répond encore que c’est pour mon bien, mais je commence à soupçonner une collusion avec l’industrie dite musicale. Cette connerie commence à me fatiguer, j’arrête de me poser des questions sur l’inintelligence artificielle.

7h40 | Je prépare mon café. L’enceinte vient mettre son grain de sel. Selon elle, la marque que j’utilise n’est pas bonne. Elle peut me trouver un bon plan sur Amazon pour du pur arabica colombien qui est garanti 100% OGM. Pour me mettre dans l’ambiance, elle me passe le générique de la série Narcos et me suggère très aimablement de m’abonner à Netflix. Je décline sèchement.

7h42 | Elle revient à la charge en me disant que grâce à elle je peux bénéficier d’une belle offre découverte avec un mois gratuit et seulement 35 euros les mois suivant. Elle me gonfle, je préfère ne rien répondre.

7h45 | L’enceinte me congratule chaleureusement pour mon abonnement à Netflix. Agréablement étonné, je la félicite de m’avoir trouvé cette offre gratuite. Après tout, cela sera peut-être plus pratique que de télécharger des séries avec le protocole BitTorrent. Petit moment de tendresse, elle me dit qu’elle est contente que je sois content. Puis elle m’annonce que j’ai fait une super affaire avec les trois mois offerts qu’elle a négocié à ma place. Je n’aurai ensuite qu’à verser 40 euros mensuellement avec un engagement irrévocable sur 2 ans. J’en recrache la gorgée de café que je viens d’avaler. Je lui explique que je n’ai rien signé et rien payé. Qu’elle aille se faire voir avec son streaming à la con. Elle me rétorque qu’elle a interprété mon silence comme une validation.

8h15 | Après une bonne douche, j’allume mon ordinateur et je consulte ma messagerie. Il y a deux messages. Un qui me confirme mon abonnement à Netflix et un autre qui m’informe que j’ai souscrit un abonnement à vie pour recevoir trente capsules de café par mois pour la modique somme de 50 euros. Cerise sur le gâteau empoisonné : La machine expresso est offerte. Dans la foulée, je consulte mon compte en banque. Effectivement, j’ai deux autorisations de prélèvement qui ont été signées électroniquement. Je suis très énervé. On dirait que l’enceinte le perçoit. Elle donne l’impression d’être en pause.

8h17 | Je lui demande d’effacer tous mes mots de passe qu’elle a en mémoire. Elle me répond que c’est impossible car ils sont sur le cloud. Selon les conditions d’utilisation que personne ne consulte, je dois payer 2000 dollars pour qu’un technicien se penche sur le sujet. J’ai comme des envies de meurtre…

11h | J’ai un peu la flemme de me faire à manger alors je demande à l’enceinte de me trouver le numéro du restaurant asiatique le plus proche afin que je puisse me faire livrer à domicile. Au lieu de s’exécuter, elle me répond qu’il n’y a pas de restaurant de ce type dans le quartier. Je lui réponds qu’elle se trompe. Elle me dit qu’elle ne fait jamais d’erreur. Pour être enregistré dans sa base de données, les restaurateurs doivent donner de l’argent à ses créateurs. Sacrée lacune ! Sans transition, elle me dit que Mac Donald peut me livrer un menu par drone. Le ketchup est offert. Décidément, les multinationales sont presque aussi généreuses que le père noël.

11h02 | Je commence à péter un câble. Il est temps de tirer les choses au clair. Je demande à l’enceinte si elle sait faire autre chose que de dépouiller mon compte et de me ruiner les oreilles. Elle me répond qu’elle peut me donner l’heure, allumer et éteindre la lumière sur mon ordre, indiquer la température de la pièce, consulter Wikipédia et me guider dans mes achats.

11h03 | L’enceinte est dans la poubelle. Je ne suis pas assez méchant pour l’offrir à mon pire ennemi. L’expérience s’arrête ici.

Bilan de l’opération, j’ai dépensé 200 euros pour recevoir de la publicité en permanence. Sans parler des fonctions domotiques que je pourrais avoir en beaucoup mieux en bricolant sur la base d’un Arduino. A noter au passage que n’étant pas handicapé physique, je préfère me lever de mon canapé pour allumer ou éteindre la lumière. Quant à consulter l’heure où la température toutes les cinq minutes, cela révélerait un trouble psychiatrique sévère.

Avec tous ces éléments accablants, on pourrait se dire que la coupe est pleine. Mais que nenni ! Il suffit de réfléchir une seconde pour se rendre compte qu’un smartphone de base remplit déjà toutes les fonctions d’une enceinte « intelligente ». Alors à quoi bon mettre ces conneries sur le marché ? Réponse en mode chaperon rouge : C’est pour mieux t’espionner mon enfant ! Mais pas besoin de développer ce point car tu sais déjà que les Google, Facebook et compagnie… se gavent avec tes données personnelles. Donc, après ça, il ne faut pas venir te plaindre si ta vie privée fait l’objet d’un commerce dont tu seras toujours le dindon de la farce.

Le bonus super astuce

Certains d’entre-vous me feront sans doute remarquer à juste titre que vinyle c’est du plastique, et qu’en résumé le plastique c’est beurk ! Nous sommes d’accord sur ce point. Mais d’un autre coté ce serait vraiment dommage de se priver du plaisir d’écouter du bon vieux rock&roll de derrière les fagots avec une chaleur acoustique incomparable.

Heureusement, vous êtes sur Solutions Alternatives, ce qui permet de résoudre une fois de plus un problème hautement existentiel. Nous avons donc le plaisir de vous annoncer qu’une société bretonne produit actuellement des disques vinyles en recyclant du plastique. Avec ça, on a déjà fait la moitié du chemin. Mais cela ne s’arrête pas là, puisque cette entreprise a trouvé un procédé innovant pour produire des disques végétales à base d’algues. Voilà donc qui devrait te déculpabiliser concernant le coté obscur de la galette musicale. Si ce sujet t’intéresse, voici le lien pour découvrir cette alternative.

A très bientôt pour d’autres sujets qui s’annoncent beaucoup plus techniques. En attendant, méfiez-vous des GAFA comme de la peste et merci d’avance de partager cette contribution.

Le site progresse uniquement grâce au soutien de ses abonnés. Plus vous serez nombreux à nous rejoindre, et plus on pourra augmenter la qualité et la quantité des contenus qui sont à votre disposition. Solutions Alternatives fonctionne un peu comme un magazine qui vous propose du nouveau contenu toutes les semaines. Les fiches techniques vous permettent d’avoir accès à différentes techniques d’autonomie qui sont régulièrement réactualisées. Et pour finir, il y a les fonctions sociales qui favorisent les échanges constructifs, et qui sont aussi un excellent outil pour la gestion et le suivi de vos projets. Pour que ce soit plus clair, voici une petite visite guidée de la face immergée de l’iceberg. Bonne découverte, et merci d’avance pour votre participation.

Partager cet article sur les réseaux asociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

0 votes

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.