Fabriquer son carrelage

Fabriquer son carrelage

Avec l’aide de cette fiche technique nous allons apprendre à fabriquer du carrelage en circuit court. Tout simplement parce que cela permet de réaliser de belles économies sur son revêtement de sol. Mais aussi, et surtout, parce que c’est bien plus écologique que d’acheter ses carreaux dans la grande distribution.

Dans cette contribution vous pourrez trouver des bons plans pour passer rapidement à l’action, même si vous n’avez pas de four. Cette fiche représente également une belle opportunité de songer à créer son activité de fabrication locale. Nous ne cachons pas que nous espérons vivement susciter quelques vocations, histoire de prouver une fois encore que les alternatives et l’économie circulaire fonctionnent de paire.

Fabrication du carrelage

Le storytelling

J’admets volontiers que ce concept est peu banal 🙂 Pour comprendre le pourquoi du comment, une séquence de storytelling s’impose. Il y a quelques années, je résidais dans un petit village du Burkina Faso. Comme partout en Afrique de l’ouest, le carrelage cassé est très en vogue. Il s’agit de morceaux de carreaux dépareillés qui proviennent d’Europe. On peut donc dire que cela s’apparente vaguement à une forme de recyclage. Quoi qu’il en soit, je trouve que l’esthétique est plutôt sympa.

Sol en moceaux de carrelage cassé

A coté de ça, il y a aussi du carrelage en vente dans les petites boutiques. En regardant de près, je me suis rendu compte que les carreaux provenaient tous de Chine. Soit, très exactement 10581 kilomètres de distance entre le carrelage de ma cuisine et le lieu de production. Tout ce trajet pour se retrouver avec de la très mauvaise qualité à l’arrivée ! Du coup, je me suis dit que cela n’allait pas être possible. Les chinois pouvaient conserver leur camelote. Suite à cette décision, il fallait donc que je trouve un bon plan pour finaliser mes projets d’écoconstruction sur place.

Trajet Chine Afrique

Dans un premier temps, j’ai commencé par me renseigner sur internet. Très rapidement, j’ai compris qu’à la base le carrelage ce n’est jamais que de la terre cuite. Ou plus précisément, de l’argile cuite. Du coup, l’évidence s’est imposée d’elle-même. De l’argile, en Afrique ou en Europe c’est super facile à trouver. Il y en a un peu partout. Il suffit juste de dénicher le bon filon à l’aide d’indications géologiques.

De retour en France pour les vacances, j’en ai profité pour me former auprès de professionnels. Quelques petits jours ont suffit étant donné que ce n’est vraiment pas sorcier. De retour en Afrique, il n’a pas fallu beaucoup de temps pour produire les premières tomettes à l’aide d’un four artisanal. Les moyens techniques sur place étant assez rudimentaires, cette expérience fût mise en pause le temps de trouver du budget pour aider les aspirants céramistes à s’installer avec du bon matériel. Et malheureusement, on en est toujours à ce stade. Mais rien n’est perdu pour autant. On ne lâche rien, dès que l’on aura réuni suffisamment de soutiens on pourra poursuivre ce projet jusqu’à son terme. Voilà pour la petite histoire.

Pourquoi le carrelage ?

Si l’on a choisi de vous présenter cette alternative c’est parce que le carrelage est de loin le revêtement de sol le plus populaire en Europe et en Afrique. Cet engouement n’est pas le fruit du hasard. Ce matériau est durable, très facile à nettoyer, très résistant aux chocs et très esthétique. De plus, il possède un comportement thermique très intéressant pour les applications de chauffage ou de refroidissement par le sol. Le seul point noir, c’est qu’il est très énergivore au niveau de sa production. Mais on va gommer au maximum ce défaut en appelant les énergies renouvelables à la rescousse.

Carrelage original

Différence entre carrelage et faïence

Le carrelage peut se poser indifféremment au sol ou au mur. De son coté, la faïence est plus fragile, elle est donc réservée à un usage mural, le plus fréquemment dans la salle de bain ou dans la cuisine. De ce fait, la plupart du temps elle est recouverte d’une couche émail pour assurer l’étanchéité du mur. A noter au passage qu’elle n’est pas adaptée pour une pose en extérieur.

Faïence salle de bain

Et la mosaïque ?

La mosaïque c’est quand la combinaison de plusieurs carreaux forme un dessin ou un motif. Ce qui suppose par exemple d’utiliser des crayons à céramique pour réaliser votre œuvre. Bien entendu, il existe d’autres techniques que nous développerons ultérieurement. Pour l’instant, l’important c’est de savoir que c’est possible.

Carrelage en mosaïque

Les différentes formes de carrelage

Tout le monde connait le carrelage carré. C’est la forme la plus facile à poser, mais si vous souhaitez ajouter une touche de fantaisie vous pouvez mouler vos carreaux dans une forme rectangulaire, octogonale ou hexagonale. Et si vous êtes artiste, vous pouvez vous lancer dans des formes qui sortent de l’ordinaire. Tant que ça s’emboite bien, tout va bien. On peut par exemple imaginer des carreaux en pièce de puzzle ou en triangle.

Carrelage de forme originale

Les types de finition

Tout est une affaire de goût. On peut utiliser la terre cuite sans autre artifice. La surface peut être lisse ou imparfaite. On peut aussi ajouter une couche d’émail. Ce qui ouvre tout un éventail de possibilités au niveau des couleurs et des motifs. Pour du carrelage mural, on peut imaginer une surface en relief qui donnera un design assez atypique. Bref, si vous laissez travailler votre imagination vous verrez qu’il y a de quoi satisfaire votre soif de créativité.

Carrelage en relief

Quelle taille choisir ?

Une fois encore, tout est une affaire de goût. Ce qu’il faut savoir c’est que plus les carreaux sont petits, plus ils sont difficiles à poser, c’est pour cela que les pavillonneurs aiment bien les grands formats car cela leur fait réaliser des économies de main-d’œuvre. Partant de là, rien ne vous empêche de produire des petits carreaux. Si vous avez le savoir-faire et la patience pour les poser, c’est parfait.

Trouver de l’argile

Maintenant que les présentations sont faites, on va pouvoir passer à la réalisation. Pour commencer, il va nous falloir trouver notre matière première. Le plus facile pour trouver de l’argile c’est dans un milieu naturel humide. On peut en trouver presque à coup sûr dans le fond des étangs ou de certains lacs qui sont à sec, mais c’est une mauvaise idée car c’est justement l’argile qui assure leur étanchéité. En ce qui me concerne, j’ai une technique infaillible pour trouver de l’argile. Quand je suis dans un coin que je ne connais pas, je demande aux anciens. Ça marche à chaque fois et ça permet de faire des rencontres sympathiques.

Information : L’argile est produite par l’érosion des roches composant la croûte terrestre. Il se forme chaque jour plus d’argile que l’humain ne peut en extraire pour ses usages industriels. Suivant le type d’argile, vos pièces en terre cuite auront un rendu visuel différent.

Ce qu’il faut retenir, c’est que l’argile se trouve sous terre. Il faut parfois creuser profond pour l’atteindre. Pour contrôler la qualité, on en mélange un peu avec de l’eau. Si l’échantillon devient malléable et non boueux, c’est bien de l’argile. S’il se forme une mousse ou un liquide blanc ou bien si la terre devient noire et très collante ce n’est pas bon.

Trouver de l'argile

Suivant votre niveau de persévérance, vous trouverez des gisements d’argile pure ou bien de la terre avec une bonne dose d’argile. Dans le second cas, il vous faudra filtrer le mélange pour séparer l’argile de la terre. Cela peut se faire par gravitation mais c’est super long. Le mieux c’est donc d’utiliser un tamis de maçonnerie pour filtrer la terre. Concrètement, vous mettez la terre dans le tamis et vous placez un récipient genre une poubelle en dessous. Ensuite, vous faites couler de l’eau sur le tamis en remuant bien la terre. Très rapidement, la terre, les cailloux et autres indésirables resteront dans le tamis tandis que l’argile se retrouvera mélangée avec l’eau dans votre récipient. Il ne vous restera plus qu’à attendre quelques heures pour qu’elle se dépose au fond. Pour finir, vous n’aurez plus qu’à enlever l’eau pour passer à la récolte d’argile pure. A noter au passage qu’une terre très argileuse peut convenir suivant l’effet que l’on souhaite obtenir. Il faut faire quelques essais de cuisson pour le savoir, ou encore mieux : demander conseil à quelqu’un qui s’y connait bien.

Préparer la matière première

Dans le cas où il y a un risque qu’il reste des cailloux ou autres éléments indésirables dans l’argile, il suffit de la tamiser et le tour est joué. On peut aussi la passer au broyeur. Ensuite, il faut l’hydrater jusqu’à ce qu’elle devienne suffisamment malléable. Plus précisément, jusqu’à ce qu’elle forme une pâte à modeler. Si jamais la terre forme des blocs compacts, il faut les casser avec un marteau avant d’ajouter l’eau, ou bien de passer un coup de broyeur. Si vous n’utilisez pas votre argile rapidement, il faut la stocker de façon a ce qu’elle conserve son niveau d’humidité.

Travail de l'argile

Si votre argile contient trop d’eau, pour retirer rapidement l’excédant vous pouvez improviser une presse à l’aide d’un cric de voiture. Ensuite on va passer à une phase vraiment très importante qui s’appelle le battage. Le but de l’opération est d’homogénéiser la matière première et surtout de chasser les bulles d’air qui pourraient faire éclater vos carreaux durant la cuisson. Pour ce faire, on peut utiliser la méthode artisanale dite de la tête de bélier ou de taureau. En attendant que l’on ajoute une vidéo vous pouvez trouver de bons tutoriels sur Youtube.

Réaliser une tomette

Pour former vos tomettes le plus simple est de fabriquer un moule en bois de la forme et de la taille désirée. Pour une bonne tenue dans le temps du carrelage, une épaisseur de 2 centimètres est un minimum. A partir de cette étape, on peut utiliser une presse. Le rôle de cet outil est extrêmement important puisqu’il s’agit de renforcer la tenue mécanique. Pour de petites quantités, vous pouvez vous fabriquer très facilement une presse à l’aide d’un cric de voiture hydraulique. Sinon vous avez cette autre méthode beaucoup plus simple qui est expliquée en image :

Fabriquer des carreaux en terre cuite

Après cette étape, vous obtiendrez de jolis carreaux en terre crue. Mais avant de passer à la cuisson il faut les faire sécher tranquillement. Surtout n’allez pas trop vite, ce n’est pas une bonne idée de les exposer au soleil. Pour bien faire, entreposez vos carreaux dans un endroit à l’abri de l’humidité durant une quinzaine de jours. Ou moins si la température ambiante est élevée. Dans tous les cas, une température stable est appréciable. Si cette étape n’est pas très bien gérée, il est possible que certains carreaux se fendent. Ils sont alors inutilisables. Faites attention, tant que vos tomettes ne sont pas cuites elles demeurent très fragiles.

Le four à carrelage

Soyons clair, un four à terre cuite c’est loin d’être donné. Alors le mieux, c’est de fabriquer son propre four. Comme ça, vous serez sûr qu’il sera parfaitement adapté à votre usage. Pour ce faire, vous pouvez trouver des boutiques spécialisées sur internet. Vous achetez vos panneaux isolants sur mesure, votre résistance électrique, vos étagères pour placer vos carreaux, vos capteurs de température… Et ensuite, il ne vous reste plus qu’à assembler ces éléments. Cela requiert un niveau moyen en bricolage, mais ça vaut vraiment le coup de retrousser un peu ses manches. Sinon, vous pouvez aussi trouver des fours d’occasion en consultant les petites annonces. il y a très souvent de bonnes affaires à réaliser.

Four terre cuite

Au niveau de l’énergie pour chauffer le four, vous avez le choix entre l’électricité, le gaz ou le fioul. Déjà on va commencer par éliminer le fioul parce que c’est vraiment un truc dégueulasse. Le gaz c’est plus propre mais ce n’est pas une énergie renouvelable. De plus, les réglages de température sont un peu délicats. Reste, l’électricité. On est sur Solutions Alternatives, donc on sait en produire proprement. De plus, cela facilite grandement la gestion de la température. A ce propos, n’hésitez surtout pas à investir dans un bon programmateur électronique. Cela fait toute la différence.

La cuisson

La cuisson du carrelage, c’est autre chose que de faire cuire un gâteau. Déjà, cela demande énormément d’énergie. Donc il va falloir optimiser la place en rangeant bien vos carreaux à l’intérieur du four de façon à en loger le maximum. Plus on peut en caser, mieux c’est. Dès que tout est prêt, on allume le four et on monte progressivement en chauffe durant environ 12 heures jusqu’à atteindre une température de plus ou moins 1100 degrés. Tout dépend de la nature de votre terre. Ensuite, on laisse baisser progressivement la température durant 12 heures jusqu’à atteindre la température ambiante. A ce stade, félicitations, vos tomettes sont prêtes à être posées. En cherchant un peu sur internet vous pourrez trouver pas mal d’exemples de réglages pour le programmateur de cuisson. Après quelques expériences il vous faudra affiner vos réglages jusqu’à trouver la courbe de température idéale pour votre argile.

Four à céramique

L’émaillage

Si vous souhaitez émailler la surface de vos carreaux, il suffit de placer une couche d’émail et de repasser vos carreaux au four en suivant les instructions du fournisseur. Dans tous les cas, il faudra atteindre une température importante pour que l’émail se vitrifie. Cette étape ne pose pas spécialement de problèmes étant donné que le dégazage s’est produit durant la première cuisson. Vous n’avez donc plus de risque d’éclatement. A noter que l’émail peut être « sous-cuit » pour un aspect artisanal à l’ancienne, avec un aspect rugueux, opaque ou bullé. L’émail peut aussi être « sur-cuit » avec un aspect très brillant, très lisse ou bullé. A vous de choisir.

Emaillage carreaux terre cuite

La super astuce 1

Si votre projet est juste de fabriquer un peu de carrelage en circuit court pour votre habitation, ne vous embêtez surtout pas à fabriquer un four. Dans tous les départements de France vous pourrez sans peine trouver des céramistes qui se feront un plaisir de vous louer leur four le temps d’une cuisson. En procédant de cette façon vous pourrez bénéficier d’un excellent niveau de conseil qui vous permettra de réussir du premier coup.

La super astuce 2

Pour progresser gentiment en autodidacte, vous pouvez trouver des fours miniatures qui vous permettent de réaliser des tests de cuisson pour pas cher. C’est une astuce qui m’a permis de rapidement progresser par l’expérimentation. A l’époque, j’avais trouvé un mini four d’occasion aux alentours des 40 euros. Et je dois dire qu’il m’a bien rendu service.

En conclusion

De prime abord, la fabrication du carrelage peut paraitre un brin complexe. Mais ce n’est pas le cas. J’ai déjà animé des ateliers sur ce thème avec des enfants. C’est dire si c’est simple. A partir du moment où vous avez une matière première de qualité et que vous avez trouvé vos bons réglages de cuisson, vous êtes sur de bons rails pour produire du carrelage artisanal en quantité. Mais avant cela, il est fort probable que vous rencontrerez quelques échecs le temps de trouver vos marques. Ne vous découragez surtout pas et faites vous bien conseiller pour gagner du temps.

Cette fiche technique est en version 1. Si tout se passe bien, J’ai prévu de remonter un four dans le courant de l’année 2020. Ce qui donnera une belle opportunité de renforcer ce contenu. En attendant, n’hésitez pas à utiliser le forum dédié ou l’espace commentaire situé en bas de cette page si vous avez de l’expérience à partager ou des questions à poser.
Abonnez-vous

Restez informé !

Pour être automatiquement averti par courriel quand une nouvelle contribution est publiée ou mise à jour dans cette rubrique, merci de cliquer le bouton ci-dessous :

Suivre cette rubrique
7 abonnés
X

Suivre cette rubrique

E-mail : *

Pour aller plus loin

Dès que l’on peut bénéficier de votre soutien on fait de notre mieux pour produire du contenu qui puisse répondre à vos attentes. Pour aller plus loin et que le site puisse être utile à un maximum de personnes, votre participation et votre soutien sont primordiaux. Nous vous invitons donc cordialement à visiter cette page d’explications et à vous abonner au site. Ce qui vous permettra au passage de profiter de nombreux services et de faire progresser nos actions communes en faveur de l’autonomie écologique.

Les fiches techniques sont longues à réaliser et nécessitent encore du temps pour être réactualisées. Ce contenu n’est donc pas destiné à être utilisé pour faire des copier/coller sur d’autres sites et forums. Merci d’avance de respecter notre travail car c’est ce qui nous permet de vous offrir davantage d’informations pertinentes sur les alternatives.

Partager cette fiche sur les réseaux sociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterest

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.