Le compostage rotatif

Le compostage rotatif

Cette méthode de compostage c’est de l’or en barre. Chacun sa version de la richesse. Pour ma part, je préfère qu’elle réside dans la terre plutôt que dans le béton. C’est certes moins ostentatoire, mais cela procure l’essentiel sans nuire à la planète. Donc le choix est vite fait. Les fruits et légumes bio ont le mérite de nous nourrir sainement à longueur d’année. Ce n’est pas rien. Pour arriver à ce résultat, le compost est un élément incontournable. C’est pourquoi nous allons nous intéresser à sa production optimisée.

Composteur rotatif

Expérience personnelle

Le compostage rotatif est une technique que j’ai commencé à utiliser largement lorsque je dispensais des formations sur la permaculture en Afrique. Dans cette configuration, il faut aller très vite parce qu’il n’est malheureusement pas possible de rester des années sur place. Et le premier problème qui se pose à chaque fois c’est que dans le meilleur des cas la terre est pauvre en nutriments essentiels, et que dans le pire elle est devenue stérile en raison de causes multiples d’origine humaine. Pour remédier à cela, il faut produire du compost en grande quantité avant d’employer des méthodes radicales de régénération du sol.

Compostage en Afrique

Il n’est donc pas question de rester assis de longs mois en attendant que la biomasse se transforme en compost. Après avoir essayé plusieurs méthodes de compostage accéléré, c’est le compostage rotatif et le compost liquide qui est produit par les digesteurs biogaz qui se sont imposés comme les meilleures alternatives. De retour en France, je n’ai pu que constater que le résultat était tout aussi satisfaisant avec un climat tempéré. Le seul souci c’est que le froid ralenti le compostage. Sans parler du gel qui endort les micro-organismes à l’origine du processus. Mais fort heureusement, il y a des astuces pour contourner la trêve hivernale. Nous verrons cela dans la suite de cette fiche.

Un enfant avec du compost

Autre point important, si vous avez beaucoup de bonne biomasse à disposition vous avez la possibilité de créer votre activité de fabrication et de vente de compost bio en circuit court. Il y a toujours de la demande de la part des jardiniers qui n’ont pas le temps ou l’envie de s’adonner sérieusement au compostage. Dans ce cadre, vous pouvez aussi démarcher des collectivités et des entreprises afin de récupérer gratuitement de la biomasse à composter. A noter qu’il faudra que la matière organique soit parfaitement triée sous peine d’obtenir un engrais infâme.

Les 3 avantages du compostage rotatif

Le premier avantage c’est bien évidemment la rapidité. Avec une température extérieure supérieure à 20 degrés on peut arriver à produire de l’excellent compost en une quinzaine de jours seulement – voire même moins.

Le second avantage c’est le gain de place. Étant donné que l’on est beaucoup plus rapide, on peut au minimum diviser par 4 la taille de son composteur. Celles et ceux qui ont le bonheur d’utiliser des toilettes sèches apprécieront immédiatement cette réduction d’espace. Sans oublier les personnes qui vivent en appartement et qui pourront enfin installer un petit composteur sur leur balcon histoire d’avoir un bon engrais à administrer à leurs plantes d’intérieur.

Le troisième avantage c’est la facilité et le faible coût de fabrication. Vous pourrez voir dans la suite de la fiche qu’il est tout à fait possible de se construire gratuitement un très bon modèle à l’aide de matériaux de récupération. En revanche, si vous êtes allergique au bricolage et que vous préférez acheter un modèle du commerce, je vous préviens à l’avance que les tarifs piquent franchement les yeux. Et en plus, il y a de fortes chances pour que votre modèle auto-construit soit plus performant.

Composteur du commerce

Comment ça marche ?

Contrairement au biogaz qui fonctionne en milieu anaérobique, le compost a besoin d’oxygène pour se former. Le compostage rotatif permet donc d’optimiser le processus en apportant une aération régulière avec un minimum d’effort. Grâce à ce procédé, le cœur de chauffe qui accélère la décomposition est très bien entretenu. La température peut monter jusqu’à 70 degrés au milieu des matières en fermentation. L’apport d’oxygène est également bénéfique pour la prolifération des bactéries qui accélèrent le compostage.

Composteur en forme de boule

Les différentes bactéries

  • En dessous de 20 degrés ce sont les bactéries psychrophiles qui entrent en action.
  • Entre 10 et 50 °C ce sont les bactéries mésophiles. C’est elles qui font le plus gros du travail.
  • Entre 50 et 90 degrés les bactéries thermophiles sont à la fête.

Comment utiliser le composteur ?

Rien de bien compliqué, il suffit de 4 ou 5 tours de manivelle tous les jours pour bien brasser la biomasse. Le composteur doit être fermé lors de la rotation, ça coule de source. Les micro-organismes qui sont vos précieux alliés ont un besoin d’un minimum d’eau pour se développer. Alors surtout, pensez à vérifier régulièrement le niveau d’humidité qui doit se situer idéalement entre 50 et 60%. En faisant cela, non seulement vous accélérez la décomposition mais vous évitez aussi les mauvaises odeurs. Dès que le compost est bien mûr, vous pouvez l’utiliser pour alimenter toutes vos plantes d’extérieur et d’intérieur. Pour le reste, je ne vais pas trop vous ennuyer avec les basiques du compostage : Jamais d’agrumes, pas de viande, pas de poisson et pas de plantes malades. Les déchets végétaux un peu gros tels que les branchages doivent être broyés au préalable… Tous ces éléments sont pour une utilisation basique. Dans la suite de la fiche, je vous indiquerai ma super méthode pour aller encore plus vite.

Compoosteur rotatif pas cher

Avec la pratique, la qualité et la vitesse de votre compost augmenteront au fur et à mesure que vous affinerez votre méthode. Pour un simple composteur rotatif de jardin ce n’est pas la peine de vous encombrer avec de l’électronique. Le feeling est largement suffisant. Il suffit juste de jeter un œil sur votre compost tous les deux jours histoire de savoir si tout se passe bien. Et c’est tout.

Fabrication d’un composteur rotatif

Ce n’est vraiment pas compliqué de réaliser un modèle de composteur rotatif pour son jardin. Du fait, c’est un peu inutile de mettre des plans en ligne alors qu’une simple photo parle d’elle-même. Mais je vais tout même vous mettre un bon plan pour bien poser les bases. On verra ensuite pour les différentes déclinaisons. Au niveau des matériaux il y a de nombreuses possibilités. Mais il y a tout même des précautions à prendre. N’oubliez pas que votre composteur fait partie de la chaine alimentaire. S’il y a des composés chimiques au niveau du fût, vous les retrouverez fatalement dans votre alimentation. Pour commencer, je déconseille avec insistance l’utilisation des bidons en plastique (même les fûts alimentaires) car il y a des risques de récolter au passage des perturbateurs endocriniens. De même, si vous utilisez des fûts de récupération en bois ou en métal, pensez à bien les nettoyer avant de les utiliser. Pour un fût en métal, l’idéal c’est de faire un bon feu dedans et de bien récurer l’intérieur à l’aide d’une brosse métallique montée sur une perceuse.

Conseils de fabrication

Pour optimiser le brassage, pensez à fixer des pales qui aideront à bien aérer la matière en décomposition. Par exemple, pour un modèle en métal vous pouvez souder quelques morceaux de barres de fer à béton à l’intérieur du fût. Elles vous permettront de bien casser les mottes éventuelles. Pensez aussi à ajouter un trou d’aération avec une petite grille pour éviter les rongeurs. Si vous êtes artiste, vous pouvez vous amuser à transformer votre composteur rotatif en œuvre d’art. C’est loin d’être une obligation, mais c’est toujours agréable d’apporter de la gaieté dans son jardin. Si le fût est lourd, ou dur à tourner, utilisez une démultiplication entre l’axe et la manivelle.

Composteur D2R2

Les plans de fabrication

Voici des plans et différents modèles qui serviront de base pour fabriquer votre composteur rotatif.

Pour débloquer ce bonus

DEVENEZ MEMBRE

Ce contenu est réservé aux abonnés

Super soutien ou Club annuel

Pour débloquer l'accès, merci de vous connecter

ou de vous inscrire avec une formule club

L’automatisation

Pour des gros volumes, il est n’est pas très compliqué d’automatiser le processus. Il suffit d’ajouter un moteur électrique avec un contrôleur pour assurer la rotation du ou des composteurs et d’ajouter un capteur d’humidité relié à un brumisateur. Comme ça, dès que le compost devient trop sec il est automatiquement réhydraté. Des capteurs de température sont également très utiles pour suivre l’évolution sans avoir à plonger ses mains dans le composteur.

Ma super méthode

Pour aller vite et bien, j’utilise de précieux auxiliaires. Quand on pratique la permaculture, il est plus que judicieux de faire l’élevage de lombrics. Premièrement parce qu’ils sont plus efficaces qu’un motoculteur. Ce qui évite de se fatiguer à labourer la terre au risque de la stériliser. Deuxièmement parce qu’ils permettent de décomposer très rapidement les matières organiques pour les transformer en formidable élément nutritif. Pour commencer c’est surtout ce deuxième point qui nous intéresse.

Des lombrics

Avant de faire entrer les vers en action, il faut être sûr et certain que le processus de chauffe est terminé. Sinon, vos lombrics risquent de mourir de chaud, et c’est plutôt triste. Alors en attendant le bon moment, on les laisse gambader sur leur litière. On les intègrera dans la dernière phase du compostage qui est  aussi la plus longue, il s’agit de la maturation. Et dans cette étape, le travail des vers est inégalable. Avec leur concours, on gagne beaucoup de temps. Et on gagne aussi beaucoup au niveau de la qualité du compost. A l’issue du processus de compostage, soit on retire les vers pour les utiliser par la suite pour un nouveau festin de matière à décomposer, soit on les intègre dans le jardin avec le compost.

Astuce : L’idéal c’est de tourner au minimum avec deux composteurs en production alternée. En procédant de la sorte vous obtiendrez plus régulièrement du bon fertilisant.

Très important ! Quand vous en êtes à la phase avec les lombrics, cessez de remuer le compost. Laissez les œuvrer et encouragez-les comme ceci : Allez les vers ! Ils apprécieront sans nul doute vos talents de supporteur.

Pour un climat tempéré comme celui que l’on rencontre en France, j’utilise des ballons d’eau chaude usagés pour fabriquer le fût. D’une part parce que c’est super pratique, et de l’autre parce que l’on peut en récupérer gratuitement en demandant par exemple à un artisan plombier. A partir du moment où la résistance électrique est grillée, c’est tout le ballon qui part à la benne. Alors autant lui donner une seconde vie. Autre avantage, et non des moindres, la cuve est recouverte d’un revêtement isolant très efficace. Ce qui, vous l’avez compris, est un très gros atout pour la saison hivernale. Et pour finir, on peut trouver différents volumes qui vont de 50 et 2000 litres. Vous devriez donc sans peine trouver chaussure à votre pied.

Avec cette méthode de recyclage d’un ballon d’eau chaude, on est largement mieux mais pas encore au top. Au plus froid de l’hiver la production de compost se fera tout de même au ralenti. Et pas question d’utiliser les vers s’il fait trop froid car ils ne seront pas efficaces du tout. La solution c’est donc de construire une petite cabane avec des bottes de paille pour y loger votre composteur. L’idéal étant de faire un petit apport de chaleur par l’intermédiaire de l’énergie solaire. Pas besoin de fenêtres, une porte bien isolée suffira. Il y a certes un petit budget à prévoir, mais avec tout l’argent que vous économisez grâce à nos fiches techniques, vous pouvez largement vous le permettre. En procédant de la sorte vous pouvez maintenir votre composteur en permanence à une température qui ne baissera pas en dessous de 18 degrés. Ce qui est parfait pour utiliser les vers et récolter du compost en des temps records à longueur d’année.

Cabane en paille

En conclusion

Quelle que soit la méthode utilisée, un bon compostage nécessite d’investir un peu de son temps. Mais en récompense vous aurez de l’or noir en retour. Alors ça vaut vraiment le coup de passer une ou deux minutes en moins devant la télévision, ou à s’abrutir sur son téléphone portable, pour exercer une saine activité. A prendre en compte également que la méthode avec les lombrics passionne beaucoup les enfants. C’est donc une belle occasion de joindre le ludique et l’éducatif.

Après toutes ces informations il ne vous reste plus qu’à passer au compostage rotatif. Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à poser vos questions dans ce forum ou bien dans l’espace des commentaires situé tout en bas de cette fiche.
Abonnez-vous

Restez informé !

Pour être automatiquement averti par courriel quand une nouvelle contribution est publiée ou mise à jour dans cette rubrique, merci de cliquer le bouton ci-dessous :

Suivre cette rubrique
13 abonnés
X

Suivre cette rubrique

E-mail : *

Pour aller plus loin

Dès que l’on peut bénéficier de votre soutien on fait de notre mieux pour produire du contenu qui puisse répondre à vos attentes. Pour aller plus loin et que le site puisse être utile à un maximum de personnes, votre participation et votre soutien sont primordiaux. Nous vous invitons donc cordialement à visiter cette page d’explications et à vous abonner au site. Ce qui vous permettra au passage de profiter de nombreux services et de faire progresser nos actions communes en faveur de l’autonomie écologique.

Les fiches techniques sont longues à réaliser et nécessitent encore du temps pour être réactualisées. Ce contenu n’est donc pas destiné à être utilisé pour faire des copier/coller sur d’autres sites et forums. Merci d’avance de respecter notre travail car c’est ce qui nous permet de vous offrir davantage d’informations pertinentes sur les alternatives.

Partager cette fiche sur les réseaux sociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterest

2 Commentaires

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.