Le ferrociment

Le ferrociment est une excellente technique de construction qui permet une énorme liberté architecturale. Cela fait de très nombreuses années que j’explore ses possibilités et je dois bien dire que j’en suis très satisfait. Pourtant, je trouve qu’il est vraiment très étonnant que ce principe constructif reste quasiment confidentiel. Il n’y a pratiquement que dans le domaine du nautisme où l’on peut trouver des personnes qui connaissent bien les avantages de ce procédé.

Le ferrociment

Le ferrociment est également appelé ferro-ciment. Le premier qui a vraiment exploité cette technique fut l’ingénieur français Joseph Lambot. Dès 1848, il fabriqua une barque fonctionnelle à l’aide d’un nouveau matériau qu’il nomma « ciment armé ». Depuis cette lointaine époque, de nombreuses applications ont été trouvées à partir de cette première expérience qui a prouvé sa grande utilité.

Dans l’absolu, on ne peut pas dire que cette technique soit écologique au sens strict du terme. Mais dans l’absolu encore, on n’a pas pour objectif non plus de retourner à l’âge des cavernes. On ne peut pas toujours utiliser que des matériaux naturels bruts pour réaliser une construction confortable et durable. Par rapport à ce point de vue, il est important de noter que le ferrociment permet d’utiliser 10 fois moins de ciment pour obtenir le même résultat qu’avec du béton armé. Ce qui est tout de même très loin d’être anecdotique. Après, les vraies questions à se poser c’est par exemple : Avec quelle énergie le ciment est-il fabriqué ? Dans quelles conditions le calcaire et l’argile sont-ils extraits ? Ce type d’interrogation obligerait sans doute les cimentiers à faire les efforts qui s’imposent pour améliorer leur approche environnementale.

Au niveau des applications les plus courantes, avec le ferrociment on peut construire des maisons, des coques de bateau, des réservoirs d’eau, des pots pour les plantes, des meubles, des abreuvoirs, des vasques, des œuvres d’art… Voici quelques photos pour vous donner une idée sur ces différentes possibilités :

Bateau en ferrociment

Une maison en ferrociment

Des dômes en ferrociment

Citerne en ferrociment

Oeuvres d'art en ferrociment

En regardant ces photos, on peut se demander pourquoi on ne voit pas plus de constructions en ferrociment. En ce qui concerne les maisons, la réponse est assez facile à trouver. En France, le parpaing est roi ! Difficile de déroger à la règle, une maison doit être de forme rectangulaire avec un toit en pente recouvert de tuiles ou d’ardoises. Dès que vous souhaitez sortir du moule pour dépenser moins et/ou sortir de l’ordinaire, l’administration a vite fait de vous expliquer qu’il faut rester dans les chemins balisés par les lobbies du bâtiment. Ce qui au final, empêche tout ce secteur d’évoluer vers de nouvelles techniques plus respectueuses de l’environnement. Pour ce qui est des réservoirs d’eau, on peut néanmoins trouver de nombreuses réalisations car il n’y a pas vraiment de restriction pour ce type de construction. Les principaux intérêts pour les jardiniers ou les agriculteurs qui utilisent ce principe constructif pour stoker l’eau c’est que l’on peut faire la taille que l’on veut et que c’est une solution très économique par rapport au béton ou au plastique.

La technique du ferrociment

J’ai découvert le ferrociment il y a quelques années un peu par hasard dans une revue spécialisée dans les techniques de construction. J’ai commencé par faire des recherches sur internet et je n’ai pas trouvé grand chose de sérieux sur ce sujet. Alors j’ai commencé à partir à la chasse aux informations et je me suis vite rendu compte qu’il y avait beaucoup d’américains qui utilisaient ce principe constructif. Mais dans l’ensemble, même en ciblant mes recherches sur des sites anglophones, pas trop moyen d’avancer tellement on peut trouver du n’importe quoi. Surtout sur les forums. Du coup, j’ai investi dans quelques ouvrages anglophones entièrement consacrés au ferrociment et cela m’a permis de gagner un temps précieux. Après quelques essais sur de petites surfaces, il est devenu évident que le ferrociment était une excellente solution pour faire avancer de nombreux projets.

Première constatation, le ferrociment revient bien moins cher que d’utiliser du béton armé.  Deuxième constatation, la réalisation de constructions est très rapide. Alors, comment ça marche ? En fait, sur le papier c’est tout simple. On fait une armature en petit fer à béton que l’on recouvre de grillage à poule. A la fin de cette étape, on obtient une sorte de squelette sur lequel on vient plaquer une fine couche de ciment. Autrement dit, c’est quasiment la même méthode que pour modéliser un objet avec un logiciel 3D. Les images étant bien souvent plus parlantes que les mots, voici deux exemples en photo :

Construction maison en ferrociment

Squelette en ferrociment

Maintenant que tout est clair, on va s’attarder sur cette étape afin d’éviter de commettre des erreurs. Tout d’abord on forme une première structure avec du petit fer à béton. En règle générale on utilise plutôt du 6 mm. Surtout, il ne faut pas faire comme certaines personnes qui se contentent de l’assembler avec du fil de fer. Non, il faut absolument souder ! Pas besoin d’être un grand soudeur, si vous n’avez jamais soudé c’est le moment de vous y mettre 😉 Le fer à béton se soude très facilement. Avec un petit poste inverter ça se fait tout seul.

Ferrociment structure fer à béton

Ensuite, on va mettre en place le grillage à poule. Attention, c’est très important, il n’est pas question de radiner avec de la récupération ou de la mauvaise qualité. Pour le grillage et le fil de fer on prend du galvanisé pour que la construction soit durable. Selon la grandeur des mailles de votre grillage à poule, il faudra en mettre deux ou trois couches qui seront fixées à l’aide du fil de fer. Surtout, on évite les gros pâtés au niveau des points de jonction.

Technique du ferrociment

Cloche en ferrociment

Et pour finir, on va appliquer une couche de ciment sur tout ça. Mais une fois de plus, attention ! Ne faites pas n’importe quoi, il faut bien respecter les préconisations. Tout d’abord on utilise du ciment portland et du sable fin et propre qui doit être tamisé dans la mesure du possible. Voici la bonne formule : 1 bon volume de ciment pour 3 volumes de sable. Et bien sûr de l’eau, juste ce qu’il faut pour que le mortier soit bien collant. Bien évidement, pour faire du bon boulot et gagner du temps il est recommandé d’utiliser une bétonnière.

Très important : Le ferrociment n’est pas 100% étanche. Donc, pour les parties exposées à l’eau : toit de maison, réservoir, coque de bateau… Il faut utiliser un additif hydrophobe que l’on ajoute au ciment. Ou bien sinon, il y a possibilité d’ajouter une couche d’époxy après le séchage du mortier. Mais je n’aime pas du tout cette méthode.
Grosse astuce : Si jamais votre construction comprend des angles vifs, il est préférable de placer une bande de moustiquaire à ce niveau de façon à ce que la couche de ciment tienne bien.

Le ciment s’applique un peu comme un enduit. D’abord on s’assure que la pâte colle bien au grillage et ensuite on lisse au fur et à mesure. Ce qui est important c’est d’aller vite. Donc pas question de bosser tout seul. Pour un petit projet il faut être au minimum deux. Pour un chantier important, on invite ses amis à venir donner un coup de main. Dans l’idéal, la couche de ciment ne doit pas dépasser 1 centimètre d’épaisseur et doit absolument recouvrir tout le grillage et le fer à béton.

La méthode du ferrociment

Enduit ferrociment

Construction d'un réservoir d'eau en ferrociment

Très important encore, il faut bien veiller à éviter les poches d’air. Car, comme vous le savez sans doute, le fer est susceptible de rouiller à son contact. Donc il vaut mieux avancer un peu plus doucement pour éviter des problèmes dans le futur. Au niveau de l’application de la couche de ciment, le plus pratique est de travailler en miroir. C’est à dire qu’une personne se place par exemple à l’intérieur de la structure à enduire et une autre à l’intérieur. Et de cette façon on traite les deux faces en même temps. Sinon, on peut utiliser un contreplaqué fin pour empêcher le ciment de tomber de l’autre coté.

Pour les zones compliquées, telles que les fonds de piscine ou de réservoir qui touchent le sol, l’idéal c’est d’utiliser un contre-moule perdu. Par exemple une couche de contreplaqué fin qui permettra d’obtenir un petit espace entre le sol et la structure de façon à ce qu’une couche de ciment puisse bien recouvrir le fond. Je ne vous cache pas que cette opération est assez technique. Au pire, vous pouvez toujours construire le fond en béton armé classique et repartir ensuite en ferrociment pour les parois. C’est une bonne astuce que vous pouvez trouver de façon plus détaillée dans la formation Piscine bio.

Fond de bassin en ferrociment

Si votre projet doit comporter un niveau de détail très fin, le mieux c’est de remplacer complètement le grillage par de la moustiquaire.

Ferrociment avec moustiquaire

Sculpture en ferrociment

Avant de vous lancer dans une construction en ferrociment, je ne peux que vous conseiller de vous faire la main sur de petites surfaces. De cette façon, vous pourrez trouver par vous-même la meilleure configuration possible en fonction de vos matériaux.

Test de différentes techniques de ferrociment

En cadeau bonus, voici la photo d’un début de chantier de construction d’une extension en ferrociment contre un mur en bois cordé.

Ferrociment et bois cordé

La méga super astuce

Voici une belle astuce pour rendre le ferrociment carrément plus écologique sans rien sacrifier à la solidité. De plus, cette technique facilite grandement la mise en œuvre. Vous avez donc tout à gagner en l’utilisant.

Pour débloquer ce bonus

DEVENEZ MEMBRE

Ce contenu est réservé aux abonnés

Super soutien ou Club annuel

Pour débloquer l'accès, merci de vous connecter

ou de vous inscrire avec une formule club

En conclusion

Le ferrociment est une technique qui offre d’innombrables possibilités. En plus de cette qualité il est moins couteux que bon nombre d’autres solutions. Certes, le bilan écologique n’est pas parfait… Mais mon petit doigt me dit qu’il y a encore de grosses améliorations à apporter à ce niveau là. Maintenant c’est à vous de jouer. N’hésitez pas à vous lancer, vous verrez qu’il n’y a rien de vraiment compliqué. Et si vous avez besoin de renseignements complémentaires, n’hésitez pas utiliser le forum dédié à l’écoconstruction.
Abonnez-vous

Restez informé !

Pour être automatiquement averti par courriel quand une nouvelle contribution est publiée ou mise à jour dans cette rubrique, merci de cliquer le bouton ci-dessous :

Suivre cette rubrique
7 abonnés
X

Suivre cette rubrique

E-mail : *

Pour aller plus loin

Dès que l’on peut bénéficier de votre soutien on fait de notre mieux pour produire du contenu qui puisse répondre à vos attentes. Pour aller plus loin et que le site puisse être utile à un maximum de personnes, votre participation et votre soutien sont primordiaux. Nous vous invitons donc cordialement à visiter cette page d’explications et à vous abonner au site. Ce qui vous permettra au passage de profiter de nombreux services et de faire progresser nos actions communes en faveur de l’autonomie écologique.

Les fiches techniques sont longues à réaliser et nécessitent encore du temps pour être réactualisées. Ce contenu n’est donc pas destiné à être utilisé pour faire des copier/coller sur d’autres sites et forums. Merci d’avance de respecter notre travail car c’est ce qui nous permet de vous offrir davantage d’informations pertinentes sur les alternatives.

Partager cette fiche sur les réseaux sociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterest

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.