Rouler au biogaz

voiture verte qui roule au biogaz

On a l’habitude de voir le biogaz utilisé pour alimenter une gazinière ou bien pour produire de l’électricité. Ce qui est hélas moins courant c’est de tomber sur des véhicules qui sont propulsés avec cette énergie renouvelable. Je vais donc aborder ce sujet dans cette contribution en mettant l’accent sur ce que l’on peut faire soi-même plutôt que de s’étaler sur des solutions commerciales inaccessibles.

Pourquoi rouler au biogaz ?

L’avantage de rouler au biogaz c’est que ce n’est pas polluant. Les rejets produits par la combustion du gaz restent dans le cycle naturel. De plus, il n’y a pas de particules comme c’est le cas avec le diesel. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour nos bronches. Et il faut savoir aussi que les moteurs durent beaucoup plus longtemps car ils s’encrassent moins qu’avec l’essence. Cela permet de faire la vidange trois fois moins souvent et donc d’économiser de l’huile moteur.

J’ai gardé le meilleur pour la fin 🙂 Si vous avez le bonheur d’habiter à la campagne et que vous êtes un peu malin vos frais pour acheter du carburant ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Tout ce qu’il vous faut c’est de la biomasse, et ce n’est pas ça qui manque. Et puis en bonus vous produirez du compost en parallèle. Avouez que c’est un bon programme.

Les pré-requis

Pour rouler au biogaz il vous faut un véhicule avec une mécanique simple. On oublie tout de suite l’électronique, les systèmes à injection, les 16 soupapes et autres accessoires marketing… Ce qui revient à dire qu’il vous faut une voiture un peu ancienne, ce n’est pas ça qui va vous ruiner.

Au niveau de la transformation du moteur pas la peine de paniquer. On est sur une opération simple qui s’effectue au niveau du carburateur. Après cette légère modification votre voiture restera compatible avec l’essence. Autrement dit elle sera à bi-carburation. Cela est très pratique dans le cas où vous n’ayez pas de biogaz sous la main ou si jamais vous avez besoin d’effectuer un très long trajet.

Il vous faudra aussi compresser et purifier votre biogaz afin qu’il occupe le moins de volume possible dans le véhicule. Ce n’est pas très compliqué à faire. Il faut juste avoir du matériel adapté et respecter quelques règles élémentaires de sécurité. Au niveau du stockage cela peut se faire dans des bouteilles gaz classiques. Comptez deux bouteilles de 10 kilos pour avoir une autonomie sympa. Sinon vous pouvez aussi récupérer un réservoir GPL à la casse, c’est encore mieux. Et bien évidemment, il faudra une bonne quantité de biogaz. Ce n’est pas avec un petit digesteur de 1 mètre cube que vous pourrez y arriver.

Séquence humour / frisson

Sur la photo ci-dessous on est typiquement dans ce qu’il ne faut surtout pas faire. Le biogaz est stocké non-compressé dans une membrane souple placée sur le toit du bus. Techniquement, c’est clair que ça fonctionne. Par contre, il faut vraiment éviter de fumer à l’intérieur du bus. Ce type de bricolage est totalement inconscient mais il a au moins le mérite de démystifier un peu la difficulté de faire tourner un moteur au biogaz.

Bus au biogaz

La bonne astuce

Il existe aussi une possibilité dont on parle très peu. C’est pourtant une excellente option pour celles et ceux qui ont de nombreux kilomètres à parcourir. Vous pouvez utiliser un petit moteur thermique alimenté au biogaz et couplé à un générateur dans le but de recharger les batteries d’un véhicule électrique en roulant. Ce qui vous donnera un véhicule hybride d’une excellente autonomie pour très peu de frais. Cette opération peut se faire dans le cadre d’une réalisation à partir de zéro ou bien en récupérant une base de véhicule électrique en fin de course (hybride ou 100% électrique) tout ce que vous aurez à faire c’est de placer des batteries neuves et d’ajouter un chargeur.

schéma de voiture hybride rechargeable au biogaz

La sécurité

La question qui revient régulièrement sur la table c’est : Est-ce que le biogaz c’est dangereux ? Et la réponse est oui et non. Ce n’est pas dangereux du tout quand on a bien pensé à intégrer tous les dispositifs de sécurité requis pour utiliser cette énergie. Essayez d’approcher un briquet d’un bidon d’essence et vous pourrez voir ce qui va se passer. Et pourtant on entend rarement parler de véhicule essence qui explose. Donc pas de souci à se faire de ce coté là. Rouler en sécurité c’est juste une question de bon sens. Si tous les accessoires sont prévus pour le gaz il n’y a aucun danger. En tous cas pas plus qu’avec n’importe quel véhicule carburant au super.

La vidéo du jour

Voici une petite vidéo qui nous vient d’Inde. Elle montre sommairement le processus d’alimentation en biogaz d’un véhicule à moteur essence. A noter au passage que nos amis indiens sont très en avance dans l’utilisation du biogaz car ils bénéficient d’une vraie politique gouvernementale qui les incite dans ce sens.

En résumé

Pas la peine d’en faire toute une montagne, si vous êtes bien guidé vous pourrez vous apercevoir que c’est vraiment très simple d’utiliser le biogaz plutôt que l’essence qui est chère, non-renouvelable et très polluante. Vous avez tout intérêt à produire localement votre biocarburant et à l’utiliser pour vos déplacements. C’est un très bon geste pour l’environnement.

Pour aller plus loin

Dès que l’on peut bénéficier de votre soutien on fait de notre mieux pour produire du contenu qui puisse répondre à vos attentes. Pour aller plus loin et que le site puisse être utile à un maximum de personnes, votre participation et votre soutien sont primordiaux. Nous vous invitons donc cordialement à visiter cette page d’explications et à vous abonner gratuitement au site. Ce qui vous permettra au passage de profiter de nombreux services et de faire progresser nos actions communes en faveur de l’autonomie écologique.

Les fiches techniques sont longues à réaliser et nécessitent encore du temps pour être réactualisées. Ce contenu n’est donc pas destiné à être utilisé pour faire des copier/coller sur d’autres sites et forums. Merci d’avance de respecter notre travail car c’est ce qui nous permet de vous offrir davantage d’informations pertinentes sur les alternatives.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.