Tourner la Page de la sous-culture

La culture libre est sans doute la plus importante des alternatives, c’est pourquoi elle a toute sa place sur le site. Si vous en doutez, posez-vous la question suivante : Que serions-nous sans la connaissance ? Sans aller jusqu’à dire que notre vie n’aurait pas plus de sens que celle des mollusques outrecuidants qui occupent l’espace télévisuel, nous serions certainement de bons clients pour toutes les formes d’esclavage. Ce qui signifie que la culture nous fait évoluer dans le bon sens, à condition toutefois de détenir un minimum d’ouverture d’esprit.

Le problème qui se pose depuis de nombreuses années c’est que la culture est prise en otage par de grosses entreprises qui n’ont de cesse de la dénaturer en la vidant de toute substance digne d’intérêt. Ce ne sont pas les exemples qui manquent pour prouver qu’elle est devenue un produit de consommation comme un autre. Et plus c’est gros, plus ça passe… Les tenants de ce business très lucratif ne se fatiguent même plus à chercher de nouveaux talents à faire entrer dans le moule à tartuffes, les enfants de stars de pacotille font bien mieux l’affaire car ils sont plus facilement identifiables en tête de gondole. Le système fonctionne comme ça, et dans l’absolu cela ne me dérange pas. Tant que l’on ne me force pas à écouter du David Hallyday, ou à regarder un film avec Scott Eastwood… Tout va bien. Là où ça commence à se gâter, c’est si l’on m’empêche d’avoir accès à des œuvres épanouissantes en ne leur donnant pas les moyens de sortir du flot des bouses immondes qui inondent les médias conventionnels.

Pour vous démontrer à quel point on touche le fond, voici un cuisant exemple pour illustrer mon propos. Il y a quelques mois Jean D’Ormesson quittait ce monde en décomposition pour rejoindre le royaume des pissenlits. Et quelle ne fût pas ma stupéfaction de découvrir que la rumeur populaire le désignait comme un grand écrivain. Ce qui découle de cette incroyable méprise, c’est que pas grand monde n’a pris la peine d’ouvrir un de ses livres, ou bien que le niveau actuel est tellement proche du zéro absolu que des écrits bas de gamme passent pour être des chefs-d’œuvre. Parce qu’en réalité, Jean d’Ormesson représente surtout le comble de l’imposture au niveau littéraire. Tout ce que l’on peut accorder à son crédit c’est qu’il était un dandy plutôt brillant pour sortir quelques bons mots, juste histoire de se faire mousser à la télévision et à la radio. Pour le reste, un piètre littérateur avec le pouvoir de séduction d’un représentant de commerce plutôt instruit qui a eu la chance d’être bien né pour faire éditer des banalités à la gloire de sa caste sociale qui, en retour, l’a porté au panthéon des lèche-culs les moins irrévérencieux.

Là où je veux en venir, c’est qu’actuellement on ne censure rien. Les bergers du troupeau l’ont bien compris. Le mouton est facétieux. Quand on lui interdit quelque chose, c’est plus fort que lui… Il faut qu’il le fasse ! Alors ils ont inventé une arme beaucoup plus efficace  qui consiste à laisser moisir. Les vrais talents ne trouvant pas de débouchés satisfaisants restent condamnés à se décourager à plus ou moins brève échéance. A moins qu’ ils ne se mettent à plat ventre eux aussi, avec la faible probabilité d’atteindre un jour la gamelle qui permet de nourrir son homme au détriment de sa passion.

Par rapport à cet état de fait, le plus grand point de blocage se situe au niveau de l’écriture. Tout simplement parce qu’elle est à la base de tous les arts et de toutes les sciences. Alors plutôt que de se lamenter stérilement, on s’est dit que l’on pouvait mettre en place des outils pour changer la donne. Le principal objectif à atteindre c’était de sortir de l’ornière actuelle qui consiste à bloquer les auteurs entre l’autoédition et l’édition à compte d’éditeur. C’est très important, car d’un coté l’autoédition a très injustement mauvaise presse, tandis que les éditeurs ont tous la fâcheuse tendance de ne vous laisser que quelques miettes à manger sur le produit commercial dont ils ont acheté les droits.

Second point, il faut sortir l’écriture de l’élitisme mondain qui l’étouffe. Certes, tout le monde ne s’appelle pas George Sand ou Victor Hugo. Et alors, qu’est-ce que ça peut bien faire ? Tout le monde peut prendre beaucoup de plaisir à écrire, tout le monde a des choses à raconter, et tout le monde a besoin de se remettre les idées en place régulièrement. Avouez que ce serait dommage de se priver d’une activité aussi saine sous prétexte que vous ne faites pas partie du gratin parisien. Il y avait donc des solutions à trouver pour remédier aussi à ce problème.

Alors on a commencé par se mettre à l’ouvrage et à tester de nombreuses options techniques. Il en est rapidement ressorti que l’on ne pouvait pas tout mélanger et que la culture libre méritait d’être mise à l’honneur comme il se doit. Du fait, on a commencé par créer un premier site sur le modèle de celui-ci avec comme mission première de permettre une véritable émulation positive entres les auteurs. On a aussi imaginé et mis sur pieds une stratégie pour aller vers les lecteurs. Mais malheureusement, tout ceci ne suffit pas car la chaîne du livre est loin de se réduire à ces deux aspects. Pour être au complet il faut aussi être capable d’assurer le financement et la diffusion des ouvrages. Et on l’a fait !

De cette motivation est née l’édition 3.0. Ou plus explicitement, une sorte de coopérative entre lecteurs et auteurs où tout le monde puisse trouver son compte en terme de diversité éditoriale et de juste rétribution de l’exercice de l’art. A partir de là, difficile de savoir si ce concept va fonctionner ou non car tout dépend du niveau de fréquentation des sites. Mais on est très confiants car on fait le maximum pour que la mayonnaise prenne. A partir de tous ces éléments, une seule direction : Réinventons le livre ensemble. Un livre libre qui efface le livre marchand par sa seule pertinence.

Les bases sont posées, on va pouvoir entrer dans le concret. Si vous êtes lecteur, sur Tourner la Page vous pourrez bien sûr trouver des livres. Et aussi rejoindre une petite communauté sympathique et bienveillante pour échanger et partager entre lecteurs et auteurs sur l’univers de la culture libre, ainsi que sur ce qui vous tient à cœur. Quant aux auteurs, vous pourrez très rapidement constater que l’on n’a pas lésiné sur les moyens. Pour preuve, voici ce qui vous tend les bras :

Du soutien technique professionnel pour vous aider à progresser

De la promotion et un bon lectorat pour vos œuvres

Un programme Manuscrit pour rédiger partout et éventuellement se faire relire ou corriger

Des échanges d’astuces et de bons plans entre auteurs

Un espace de publication libre pour toucher rapidement de nouveaux lecteurs

Un programme de financement participatif sans commission

Une librairie en ligne autogérée qui vous permet de vendre vos ouvrages en ligne en moins de cinq minutes

Et c’est loin d’être terminé, le reste des services est à découvrir par vous-même

Foire à la question

  • Quel genre de livre est concerné ?
Tous les styles de livre ont leur place sur Tourner la Page, même les bandes dessinées et les textes courts. Tant que les conditions d’utilisation sont respectées (du simple bon sens), faites-vous plaisir. On a créé ce service pour vous aider à aller de l’avant et surtout pas pour vous freiner dans votre élan en s’érigeant en gardiens de la littérature. 

Désormais, vous avez l’information. Il existe une belle alternative entre rester seul dans son coin à végéter et/ou se faire abuser par les tueurs du livre tels qu’Amazon. Alors ce serait vraiment dommage de ne pas l’essayer. Si jamais vous ne vous sentez pas entièrement concerné par cette initiative mais qu’elle vous semble plutôt bonne, merci de la relayer auprès de personnes de votre entourage que cela pourra intéresser. Cela ne coute rien et c’est susceptible de faire des heureux.

Une dernière précision pour conclure. Si comme beaucoup vous suivez Solutions Alternatives depuis des années, vous savez que l’on est très attaché à développer ce que l’on appelle pudiquement les échanges nord/sud. De ce fait, nous avons murement réfléchi pour que Tourner la Page puisse être un puissant outil pour permettre à la diversité culturelle de se faire une belle place au soleil. Concrètement, cela se traduit par un accompagnement cinq étoiles et une gratuité totale des services à destination des auteurs qui vivent sur le continent africain, ou autres zones géographiques où il est extrêmement difficile de sortir un livre. Une fois encore, merci de faire circuler cette info parmi vos contacts car on a vraiment très envie que cette action se traduise par d’immenses découvertes de talents injustement méconnus. Et aussi bien sûr parce que les échanges culturels sont grandement épanouissants. Sans oublier le fait que l’on serait plus que satisfait de participer à ce que des auteurs qui vivent modestement puissent améliorer grandement leur niveau de vie en transmettant savoir et émotions.

Si vous avez lu jusqu’ici, vous connaissez à présent notre philosophie concernant la culture et le livre en particulier. Il est donc plus que temps de passer à la dernière étape qui consiste à découvrir cette alternative aux livres qui ne servent à rien. Et encore merci d’avance de nous aider à faire connaitre Tourner la Page 😉

Visiter Tourner la Page

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.