Le solaire sans batterie

Est-ce le bon moment pour passer à l’énergie solaire ? Sans aucune hésitation la réponse est oui. Il n’y a aucune raison d’attendre. Mais il faut se prendre en main parce qu’il n’y a strictement rien à espérer de positif du coté des irresponsables qui nous gouvernent. Ils sont bien trop occupés à tenter de faire grimper leur satané croissance destructrice qui ne profite qu’à une poignée de parasites qui se nomment pompeusement investisseurs ou financiers. Pendant ce temps là : le climat se détraque, la Terre se réchauffe et le niveau des océans augmente. Il faut donc être quelque peu naïf, ou profondément égoïste, pour ne pas prendre en considération ces très sérieux problèmes.

Information : On va être très clair dès le départ. Nous ne vendons strictement aucun matériel et nous sommes totalement indépendants des fabricants et des installateurs. Si vous recherchez des bons plans ou de l’aide au niveau technique, on peut vous donner des indications par l’intermédiaire du forum dédié à la petite condition que vous soyez membre du site

Quel niveau d’économie ?

Avec une installation solaire sans batterie vous pouvez couvrir jusqu’à 75% de l’ensemble de votre consommation électrique. Et vous pouvez même recharger votre voiture électrique en utilisant l’énergie solaire à 100%. Cela fonctionne quel que soit le niveau d’électricité que vous souhaitez compenser. Cette alternative ne concerne donc pas que les particuliers. Elle peut tout aussi facilement être mise en place au niveau des entreprises et des collectivités locales. Merci d’en prendre bonne note.

Étude de cas

Pour 4 fois moins qu’un chauffe-eau solaire thermique, avec seulement 2 panneaux solaires de 250 watts vous compensez intégralement l’énergie utilisée par votre ballon d’eau chaude sanitaire. Et dans ce cas précis, c’est le ballon qui va en quelque sorte servir de batterie puisqu’il va stocker l’énergie sous forme de chaleur durant la nuit. Et si en plus de ça vous avez la chance d’avoir un ballon thermodynamique, vous pourrez en prime compenser l’énergie d’autres appareils électroménagers de votre habitation. Tout ça pour moins de 500 euros.

Avantages du solaire sans batterie

On est sur un système super simple qui a fait ses preuves. Le photovoltaïque est une technologie durable et très propre quoi que l’on en dise. Il y a certes toujours quelques petit progrès à réaliser du coté de la conception et du recyclage. Mais au moins, contrairement au nucléaire, on sait comment faire. Il serait aussi bien sûr plus que souhaitable que l’on puisse trouver des fabricants de cellules solaires ailleurs qu’en Asie, mais malheureusement pour vous, je ne suis pas ministre de l’industrie 😀

Un des avantages notables de cette alternative, c’est qu’en cas de coupure du réseau électrique vous aurez tout de même du courant chez vous en journée. Autre argument, et non des moindres, le jour très prochain où les batteries auront fait des progrès significatifs en terme de baisse de tarif et de leur impact écologique, vous n’aurez plus grand chose à faire pour devenir 100% autonome en énergie pour très peu de frais. Mais ce n’est pas tout, on va tout de suite s’intéresser à l’intérêt financier de cette alternative.

Le soleil ça gagne plus que la bourse

Si jamais l’écologie est pour vous un gros mot, on va parler business. Après tout, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Alors c’est parti pour la minute de l’économie. Je vais vous prouver par A+ B que le solaire en autoconsommation est le meilleur placement financier actuel. Qui plus est, sans aucun risque.

Pour commencer, il faut savoir qu’un panneau solaire a une durée de vie d’au minimum 20 ans. Ce qui n’est pas tout à fait vrai. Au bout de 20 ans, vos modules auront perdu au grand maximum 10% de rendement. Ce qui les rend tout à fait utilisable pour de nombreuses années encore.

Au niveau du prix d’achat, en cherchant un petit peu je n’ai aucun mal à trouver des prix d’achat inférieur à 0,50 centimes du watt-crête pour du haut de gamme. Ce qui nous donne un maximum de 125 € pour un panneau solaire de 250 watts. Soit, 500 € du kilowatt. Ceux à quoi il faut ajouter le coût des onduleurs. Comptez environ 200 € pour une puissance de 1 kilowatt. Avec le câblage et un joli support on arrive aux alentours de 1000 € par kilowatt installé. Je ne vais pas trop vous ennuyer avec les calculs, alors allons directement à l’essentiel.

En France le retour sur investissement est de maximum 6 ans. Ce qui nous donne un placement à 16% ! Maintenant que vous avez cette information, quels sont les intérêts de votre livret d’épargne ou de votre assurance vie ? Et je me permets d’enfoncer le clou en ajoutant que vous effectuez une action concrète et immédiate pour l’environnement. Tandis qu’avec un livret soi-disant développement durable qui ne vous rapporte même pas 1% de rendement, vous ne savez même pas ce que vous financez.

Et ce n’est pas terminé. Je profite de cette fiche technique pour vous signaler qu’en France le prix de l’électricité est scandaleusement bas. C’est peut-être une bonne nouvelle pour votre porte-monnaie, mais c’est loin d’en être une quand on cherche à accélérer la transition énergétique. Sans aller jusqu’à l’autre bout du monde, en Allemagne le kilowatt-heure est à 30 centimes. C’est à dire deux fois plus cher que dans l’hexagone. Rien de choquant, ce tarif est aligné sur le vrai coût de revient de la production et de la distribution électrique. Bilan de l’opération, allez vous promener en Allemagne et regardez où en est ce pays par rapport à la France. On voit des panneaux solaires photovoltaïques et thermiques un peu partout. Sans parler des autres sources d’énergie renouvelable… Quoi qu’il en soit, outre-Rhin pas besoin de subventions. Il ne faut que 3 ans pour amortir son installation solaire sans batterie. Et c’est très loin d’être un exemple isolé.

Autonomie progressive

Le gros avantage de cette technique c’est que vous pouvez vous équiper progressivement. Vous commencez par exemple par installer deux modules. Trois mois plus tard, vous avez un peu d’argent à placer. Aucun souci, vous rajoutez deux autres modules, et ainsi de suite… Bref, on peut avancer sereinement en se servant du solaire comme d’une tirelire. Dès que vous aurez récupéré votre mise par l’intermédiaire des économies que vous réaliserez sur vos factures d’électricité, ce ne sera plus que du bonheur. Difficile de dire mieux.

J’ai déjà des panneaux solaires

Lorsque je parle de cette alternative, il arrive souvent que des personnes me disent que ce n’est pas la peine car elles ont déjà des panneaux solaires sur le toit de leur maison. Et alors, où est le problème ? Si c’est votre cas, continuez à encaisser ce que EDF vous donne tous les ans et en parallèle diminuez vos factures de courant en ajoutant une petite installation en autoconsommation. En procédant de la sorte, vous gagnez sur les deux tableaux.

Quelles sont les subventions ?

On n’est plus au début des années 2000, le prix du matériel a énormément baissé. Et cette tendance va se poursuivre. De plus, je suis prêt à prendre le pari que le tarif des installateurs augmentera d’autant si demain l’État met en place un crédit d’impôt de 50% sur la compensation solaire. Alors ne perdez pas de temps avec cette chimère.

Une alternative qui fonctionne n’a pas besoin de subventions, elle a juste besoin de votre motivation.

En cas de déménagement

Pas besoin d’être propriétaire pour installer du solaire. Le jour où vous déménagez il vous suffit d’emporter votre petite centrale solaire avec vous pour la réinstaller dans votre nouvelle habitation. Et si vous êtes propriétaire, une installation solaire représente toujours une plus-value intéressante au moment de la vente de votre maison.

Il y a des problèmes avec le solaire

Avant de passer aux explications sur la mise en place de cette alternative, il y a un dernier point que je tiens particulièrement à ajouter. Oui il y a eu des escrocs dans le domaine de l’énergie solaire. Oui il y a aussi des installateurs qui ont travaillé comme des gorets. Oui il y a eu des sales individus qui ont vendu du solaire à des prix prohibitifs en faisant du porte à porte. Oui il y a eu des vendeurs qui ont profité de l’effet d’aubaine pour vendre du solaire adossé à des crédits qui tiennent plus de l’usure qu’autre chose. Tout ceci est vrai. Beaucoup de personnes se sont malheureusement fait berner. Et c’est triste à dire, mais il y a encore beaucoup de requins qui n’ont rien à faire dans ce secteur d’activité. Ils seraient largement plus utiles à la société s’ils étaient employés à des tâches qui ne flirtent pas avec la case prison.

Ceci dit, cela ne remet aucunement en cause la pertinence de l’énergie solaire photovoltaïque. S’il y a des abus, c’est justement parce que ça fonctionne très bien. Autrement dit, ces problèmes ne viennent pas de la technologie mais des méthodes de vente. Maintenant, je pense que cette fiche technique est très limpide concernant les tenants et aboutissants. Si vous voulez éviter les déconvenues à coup sûr, ce n’est vraiment pas compliqué. Abonnez-vous au site et on vous aidera à savoir si une offre est correcte ou non.

Comment ça marche ?

A présent que l’on a tordu le cou aux idées reçues, on va enfin pouvoir passer à la technique. Pour ce faire, commençons par la base de la base. Schématiquement parlant, vous prenez un panneau solaire que vous reliez à un onduleur réseau. Vous branchez ensuite l’onduleur dans n’importe quelle prise de la maison et le courant produit par le soleil sera ainsi distribué dans toute votre installation électrique.

Et là, il y a de grandes chances pour que vous pensiez que cela va provoquer un court-circuit 🙂 Mais n’ayez crainte, il n’en est rien. Qu’il soit mis en mouvement par le biais du nucléaire, d’une centrale à charbon ou d’un panneau solaire… un électron reste un électron. Alors puisque nous parlons de courant alternatif pour alimenter vos prises de courant, tout est une question de fréquence. Et c’est là que l’onduleur entre en jeu car c’est lui qui va parfaitement calquer les paramètres du courant continu produit par le solaire sur ceux du réseau. Ce qui va bien évidemment permettre aux deux sources de parfaitement se mélanger. Si jamais cette explication ne vous semble pas très claire, tout ce qu’il faut retenir c’est que ça fonctionne. Sinon ce type de matériel ne serait pas en vente.

Pour les amateurs de technique, j’ajouterai tout de même qu’un régulateur MPPT est directement intégré dans l’onduleur. C’est pour cette raison qu’il se suffit à lui-même. Par rapport à cette information, méfiez-vous des chinoiseries super bas de gamme de chez Wish et compagnie qui annoncent du MPPT alors qu’il s’agit en fait de simples régulateur PWM. Certes cela fonctionne, sauf que le niveau de production n’est pas le même.

Pour la France, et d’autres pays, il est important de savoir que vous n’avez pas le droit d’injecter du courant sur le réseau public. Avec du matériel mal adapté, si à un instant T vous avez plus de production solaire que de consommation dans votre maison le courant risque d’être envoyé à vos voisins. Pour éviter ce problème, les bons onduleurs récents ont une fonction pour limiter la distribution de courant sur votre réseau interne (après le compteur). Pour la petite histoire, il y a quelques temps j’étais au Maroc pour faire connaître la technique du solaire sans batterie. Et il s’est avéré que les compteurs d’électricité tournaient à l’envers quand il y avait de l’excédant d’énergie solaire. Ce qui continue d’ailleurs à faire le bonheur des personnes qui ont adopté cette alternative. Tant que ça fonctionne, pourquoi s’en priver ?

Par rapport à cela, une question revient régulièrement. Qu’est-ce qui se passe si mes panneaux produisent et que je ne consomme pas le courant ? La réponse est simple : C’est exactement pareil que si vous ne consommez pas le courant du réseau, il ne se passe rien. Il y a juste de la production dans le vide. Mais c’est assez rare, parce que sans vous en rendre compte vous avez presque tout le temps des appareils qui consomment. Réfrigérateur, congélateur, appareils électroniques en veille, box internet… Donc aucun souci à se faire de ce coté là.

A noter au passage que le solaire sans batterie peut être mis en place avec une facilité déconcertante dans une copropriété ou un lotissement.

Rappel de physique

En électricité, la source de production la plus proche est toujours prioritaire. Dans le cas de votre fournisseur d’électricité, les électrons que vous consommez actuellement proviennent forcément de la centrale la plus proche. Et si cela ne suffit pas, une centrale plus éloignée est appelée à la rescousse pour fournir le complément.

Avec votre installation solaire, vous êtes au plus proche de votre maison. C’est donc cette source qui est prioritaire par rapport au courant du réseau. C’est pour cette simple raison que vous pouvez être sûr et certain que votre électricité propre ne passera jamais au second plan.

Mettre en place la compensation solaire

Nous allons maintenant passer à l’installation de cette alternative. Si vous pensez que vous n’avez pas la place, vous allez voir que ce ne sont pas les possibilités qui manquent. Et vous verrez aussi au passage qu’il n’y a rien de bien complexe, c’est pourquoi je vous conseille de réaliser l’installation vous-même.

Sur le marché, vous pouvez trouver des onduleurs de toutes les puissances. Par rapport à cela, je vous conseille vivement de procéder à une installation en cluster. C’est-à-dire que votre installation sera plus efficace avec un onduleur par module qu’avec un gros onduleur pour l’ensemble. Je m’explique : De cette façon, s’il y a un panneau qui produit moins il ne pénalisera pas l’ensemble de la production. Et pour finir sur ce point, si jamais un des onduleurs a un souci, les autres continueront a produire le temps que la réparation soit effectuée.

Pour une petite installation jusqu’à 4 panneaux solaires de 250 watts, ne vous embêtez pas. Reliez le tout en parallèle, et branchez sur n’importe quelle prise électrique de la maison. A partir d’une puissance supérieure à 1 kilowatt, il est plus sage de connecter l’installation solaire sur votre tableau électrique. A noter que l’utilisation d’un disjoncteur automatique qui fera office de parafoudre est plus que recommandée.

Où mettre les panneaux ?

En regardant bien, vous verrez que ce ne sont pas les solutions qui manquent. On trouve toujours de l’espace pour caser quelques panneaux :

  • En marquise
  • Sur un balcon
  • Avec support au sol
  • Sur le toit en surimposition
  • Sur un toit terrasse
  • Sur un abri de jardin
  • En ombrière voiture
  • En abri bois
  • En abri poubelles
  • En abri vélos
  • En pergola
  • Sur un mur exposé sud
  • Et j’en oublie encore…

 

Pour chacune de ces possibilités, vous pourrez sans peine trouver des supports dans les boutiques spécialisées, ou les places de marché telles que Ebay. Mais rien ne vous interdit de fabriquer vos supports en métal ou en bois. Cela vous reviendra bien moins cher.

Pour une maison avec jardin, ce que je préconise c’est de construire un abri avec des chevrons. Il ne vous restera plus qu’à tirer un câble vers votre tableau électrique et le tour est joué. Difficile de faire plus simple. Attention toutefois au vol si vos panneaux sont visibles de l’extérieur. Pour remédier à cela, vous pouvez utiliser des boulons antivols et ajouter une petite alarme. Un modèle simple devrait vous coûter 30€ maximum chez nos amis chinois.

ASTUCE IMPORTANTE ! Pour limiter au maximum les déperditions et faire des grosses économies de câble, placez le ou les onduleurs au plus proche des modules. Tirez ensuite du câble en 220 volts jusqu’à votre tableau électrique.

Utilisation de votre centrale solaire

Pour tirer partie au maximum de votre petite centrale solaire il faut changer quelque peu vos habitudes pour vous caler sur le soleil. Entre 10h et 16h (heure solaire) le niveau de production est forcément le plus élevé. Avec un pic entre 11h et 14h. C’est donc le moment idéal pour faire tourner tous vos appareils les plus énergivores : lave-linge, sèche-linge, lave-vaisselle, ballon d’eau chaude… Pour simplifier les choses, vous pouvez ajouter des petits programmateurs simples qui se chargeront de mettre automatiquement en route vos appareils si vous êtes absent de chez vous dans les tranches horaires qui nous intéressent. Autant que faire se peut, merci d’éviter les gadgets domotiques reliés à internet ou à votre téléphone portable. Entre autres problèmes, ces dispositifs sont très vulnérables au piratage. Donc, pas la peine de tendre le bâton pour se faire battre. Restez au maximum dans la simplicité, c’est la meilleure voie pour conserver un très bon niveau de fiabilité.

En conclusion

La compensation solaire est une très bonne alternative et un très bon placement. Et c’est aussi une méthode qui permet de moins participer à l’utilisation de sources d’énergie dangereuses et/ou polluantes. Alors si vous n’avez pas encore de panneaux solaires, vous voyez ce qu’il vous reste à faire 😉 Si vous avez besoin de renseignements vous pouvez utiliser le forum ou bien laisser un commentaire en bas de cette page.

Soyez cool, comme Fonzie :

DEVENEZ ACTEUR

Fiches techniques

Formations en ligne

Forums d’échange

Hébergement web

Solutions Alternatives Version 10.1

Rechercher sur le site