Mets de l’huile

Rouler quasiment gratuitement avec un moteur diesel c’est tout à fait possible. C’est même fortement recommandé car c’est écologique en plus d’être économique. Nous allons donc voir dans le détail comment il faut faire pour adapter son véhicule afin qu’il puisse accepter 100% d’huile végétale en remplacement du diesel. Nous allons également voir comment trouver des sources d’approvisionnement en huile végétale qui n’empiètent pas du tout sur le secteur alimentaire.

Un peu d’histoire

Le moteur diesel fut inventé par Rudolf Diesel qui présenta son premier modèle commercial à l’exposition universelle de Paris en 1900. A l’époque il appela son invention : le moteur à huile. Et pour cause, jusqu’en 1930 les premiers moteurs diesel fonctionnaient majoritairement avec de l’huile de lin. Les pétroliers arrivèrent ensuite avec la merveilleuse idée d’utiliser de l’huile minérale nommée gasoil plutôt qu’une source renouvelable. La suite, vous la connaissez…

Retour d’expérience

Il y a quelques années j’avais rédigé un fascicule sous licence libre pour expliquer comment rouler à l’huile végétale. Dans la foulée, avec les prix à la pompe qui avaient flambé il y eu un effet de mode et beaucoup d’erreurs de commises par des bricoleurs du dimanche et des vendeurs de mauvaises solutions. Pourtant, cela ne veut pas dire pour autant que l’on doit jeter le bébé avec l’eau du bain. Si c’est bien fait, rouler à l’huile ne pose strictement aucun problème. Pour preuve, j’ai parcouru plus de 500000 kilomètres en utilisant exclusivement ce biocarburant avec deux véhicules différents et je n’ai pas eu le moindre souci à signaler. Cela m’a permis de réaliser de grosses économies au niveau du carburant et de m’arrêter dans les stations-service uniquement pour utiliser les toilettes. Autrement dit, c’est une forme d’autonomie qui permet d’éviter de participer au financement des multinationales qui vendent des carburants dérivés du pétrole. Ce qui procure au passage une énorme satisfaction 🙂

Qu’est-ce que ça change ?

Au niveau de la conduite il n’y a pas grand chose à signaler sinon que le moteur tire mieux dans les côtes. Moteur allumé, votre pot d’échappement dégage une bonne odeur de frites chaudes, ce qui est déjà beaucoup mieux que l’odeur du gasoil. Contrairement à l’huile fossile qu’est le diesel, l’huile végétale contient de petites bulles d’oxygène qui participent à la longévité du moteur. Un moteur végétalisé sera donc synonyme de longévité.

Au niveau écologique ?

Si votre huile est produite localement votre bilan sera neutre en matière de CO2. Votre voiture ne rejettera que ce qu’il faut en CO2 pour que les plantes oléagineuses puissent pousser à nouveau. La boucle est bouclée. Avec l’huile végétale les particules sont plus grosses et plus lourdes qu’avec le gasoil. Ce qui fait qu’elles retombent au sol plutôt que de se dissiper dans l’atmosphère que nous respirons. Et puisque qu’elles sont d’origine végétale, ces particules se transforment en engrais et non en polluant. Lors d’un séjour au Maroc j’en avais profité pour effectuer des tests antipollution rigoureux à l’aide d’un appareil adapté. Le bilan fût sans appel, l’huile végétale est beaucoup moins néfaste que le diesel. Par rapport, on remarque la quasi absence de nombreux composés hautement toxiques. Donc on peut en déduire que c’est écologique. En tout cas plus qu’une voiture électrique qui serait rechargée par le biais d’une centrale thermique ou nucléaire.

Quel véhicule ?

En théorie n’importe quel véhicule peut rouler à 100% d’huile. Sauf qu’autant le dire tout de suite, il vaut mieux abandonner l’idée de convertir des véhicules trop récents. La faute à l’électronique et à la fragilité des moteurs. C’est comme si tout était fait pour empêcher l’utilisation de carburant alternatif non raffiné. L’idéal c’est d’avoir une voiture, un van, un bus, un tracteur ou un camion avec un système d’injection indirecte. Ce qui correspond à la norme d’avant les années 90. Il y a également la possibilité de convertir un groupe électrogène pour produire de l’électricité mais on verra ça dans une prochaine contribution.

Pour quel usage ?

Rouler à l’huile c’est à réserver pour les trajets supérieurs à 20 kilomètres, sinon il n’y pas grand intérêt, nous verrons pourquoi un peu plus loin dans cet article. C’est donc pour les personnes qui roulent beaucoup ou à utiliser ponctuellement pour effectuer de longs parcours.

Ou trouver de l’huile ?

En premier lieu vous pouvez récupérer l’huile de friture dans les restaurants et cuisines collectives. Une fois qu’elle sera filtrée elle se transformera en un excellent carburant. Étant donné qu’elle est un peu oxydée elle assure une meilleure combustion que l’huile neuve. Vous pouvez aussi bien sûr produire de l’huile avec de nombreuses plantes oléagineuses. Au niveau de l’Afrique je pense notamment aux graines de coton et de moringa qui sont largement sous-exploitées. Dans tous les cas, pour extraire de l’huile à partir des graines il vous faudra une presse à huile pour y parvenir. Pas la peine de vous ruiner pour ça, une vis sans fin dans un tube + un moteur électrique et le tour est joué. Lorsque vous pressez les graines vous obtiendrez d’un coté de l’huile liquide et de l’autre une pâte solide que l’on appelle le tourteau. Suivant le type d’oléagineux le tourteau pourra convenir en alimentation animale. Sinon, il pourra aussi faire un très bon engrais pour enrichir la terre. Et mieux encore, une fois placé dans un digesteur le tourteau produit énormément de biogaz et du compost en parallèle. Bref, en faisant preuve d’un peu d’astuce vous verrez que ce ne sont pas les solutions d’approvisionnement en huile végétale qui manquent.

A noter qu’il est possible, et même plus qu’intéressant, de produire de l’huile à partir d’algues oléagineuses. Le rendement est très important et cela ne demande que du soleil. On verra pour faire une fiche technique pour apprendre à fabriquer son bio-réacteur pour algues quand le moment sera venu.

Attention de ne pas confondre HVP (huile végétale pure) ou HVB (huile végétale brute) avec le biodiesel qui est devenu un produit raffiné par les pétroliers et qui perd donc tout son potentiel écologique.

Adapter son véhicule

Je vais commencer par vous rassurer : l’adaptation ne touche pas au moteur. Il n’y a même pas besoin d’être mécanicien pour installer un kit. Concrètement, pour éviter tout souci de démarrage on passe par un système de bi-carburation. C’est à dire que vous avez un petit réservoir additionnel de gasoil pour le démarrage et l’arrêt du véhicule et que le réservoir principal est attribué à l’huile végétale. Vous démarrez donc au gasoil et dès que le moteur est chaud vous basculez à l’huile végétale. Pour l’arrêt vous rincez le circuit avec le gasoil durant les deux derniers kilomètres. Cela enlève tous les problèmes de démarrage. Et c’est pour cela que cela ne sert à rien d’essayer de rouler à 100% d’huile pour de petits trajets car vous serez pratiquement tout le temps au diesel avec un tout petit réservoir.

Le kit traveller

J’ai remis au goût du jour le kit que j’ai peaufiné durant quelques années. Je l’ai appelé kit traveller parce qu’il est simple et surtout très fiable. Il n’y a pas d’électronique, tout se passe sans forcer en respectant le rythme du moteur. Le kit bicarburation se compose d’un réchauffeur, de vannes de dérivation, d’une pompe de gavage et d’une poche de filtration par gravitation. En plus du kit il est judicieux de faire surtarer vos injecteurs à 180 bars, si besoin est. Si jamais votre véhicule est équipé d’une pompe Lucas, ou autre marque pas vraiment solide, c’est mieux de la remplacer par une pompe injection Bosh ou de fabrication japonaise.

La vidéo

Une fois n’est pas coutume, nous allons clôturer cette contribution en musique, dans la joie et la bonne humeur. J’aurai l’occasion de revenir en détail sur l’utilisation de l’huile végétale. En attendant, si vous avez besoin de renseignements, merci d’utiliser le forum.

Soyez cool, comme Fonzie :

DEVENEZ ACTEUR

Fiches techniques

Formations en ligne

Forums d’échange

Hébergement web

Solutions Alternatives Version 10.1

Rechercher sur le site