La théorie du ruissellement

Théorie du ruissellement

Le social et l’écologie vont de paire. Plus exactement, le social passe avant l’écologie car il n’y a pas d’avancée possible en matière d’environnement tant que l’économie restera un instrument de domination aux mains des élites. Partant de ce constat, je ne dis pas que l’argent c’est le mal absolu. Je dis simplement que sa mauvaise utilisation est un désastre sur toute la ligne et que l’on court tout droit à la catastrophe. En attendant, puisque je ne peux malheureusement pas échapper au système actuel, je me contente de faire avec en considérant la monnaie comme un outil qui permet de survivre au quotidien et de réaliser des projets lorsque c’est possible.

Mais revenons à nos moutons. Dans notre organisation sociétale, inégalitaire et profondément injuste, il serait vraiment indécent de demander aux plus démunis de faire des efforts. Entre parenthèses, certains riches ne s’en privent pas et j’espère bien que la vie se chargera de leur rendre la monnaie de leur pièce. Ce qui ne saurait tarder au rythme effréné où le fossé se creuse entre le sommet de la pyramide et sa base. Pour illustrer mon propos, voici quelques petites questions : Est-il convenable de faire la morale à un affamé parce qu’il ne mange pas bio ? Peut-on blâmer un pauvre parce qu’il utilise une voiture polluante ? Est-ce qu’il est normal de reprocher à quelqu’un qui n’a pas reçu d’éducation de mal se comporter ?… Évidemment, la réponse est non. Sur tous ces points, c’est le modèle politique qui est défaillant. Les victimes qui le subissent n’en sont pas les responsables.

Voilà qui clarifie la situation. Les très riches roulent en voiture électrique haut de gamme, ils ont de jolies maisons économes en énergie, de la nourriture saine dans leur assiette… Bref, contrairement à ces pollueurs de pauvres, ils n’ont aucun souci pour accéder aux solutions d’autonomie. Ce qui leur permet d’ailleurs d’économiser sur leur pactole tout en se donnant une bonne image. Quant aux pauvres, ils vivent au jour le jour dans un environnement où on les incite à consommer sans cesse plus de produits bas de gamme de façon à pouvoir leur ratisser jusqu’à leur dernier centime.

Pourquoi rien n’évolue ?

Que demander d’extraordinaire à des esprits biberonnés à la télévision dès le plus jeune âge ? La question est posée. Évidemment rien, puisque ces personnes vivent dans monde complétement déconnecté de la réalité. Un univers factice, composé de strass et de paillettes, de fausses émotions qui créent des espérances hors d’atteinte et de messages conduisant sans cesse à davantage de repli sur soi. Au final, c’est l’égoïsme qui règne en maitre dans le royaume du consumérisme à tout crin. Ce qui explique en bonne partie la perte des valeurs humaines. N’ayons pas peur des mots : Dans le monde actuel, l’homme n’est qu’un parasite pour lui même, pour ses semblables et pour sa planète.

Ce triste constat n’est pas une fatalité. Si l’information était traitée convenablement et qu’au journal télévisé on vous montre la face caché du monde de façon non édulcorée et non orientée vers de vils intérêts, il est fort probable que vous en vomiriez votre repas. Ce qui serait ne serait pas bon pour faire passer des messages publicitaires. Donc cela ne risque pas d’arriver.

La théorie du ruissellement

Maintenant que le cadre est posé, revenons à ce fumeux concept du ruissellement des richesses. Selon cette théorie, plus les riches gagnent d’argent, plus ils en arrosent les pauvres. Les nantis seraient donc une sorte de Robin des bois qui vole beaucoup aux pauvres pour leur en redonner un peu. Sauf, qu’il ne faut pas rêver. Comme le disait Bill Gates dans un épisode culte des Simpsons : On ne devient pas riche en signant des chèques. Du fait, à quoi bon distribuer son pognon alors qu’il est si facile de le planquer dans des paradis fiscaux, ou bien de le placer dans ce grand casino qu’est la bourse pour qu’il se multiplie sans rien faire ? Le riche est parfois stupide, voire même complètement con, mais rarement idiot au point de ne pas faire prospérer sa fortune.

Il est des êtres dont on peut tout faire avec de l’argent, sauf des hommes honorables. – John Petit-Senn

Pourtant, à longueur de temps, on nous rabâche que ce sont les nantis qui génèrent la richesse. En parallèle, force est de constater que la précarité et la pauvreté augmentent proportionnellement au gonflement de la fortune des élites. Il y a donc bien un phénomène de vase communiquant. Sauf qu’il ne fonctionne que dans un sens. Il ne faut pas se leurrer, quand on est en bas de l’échelle, à moins d’un sacré coup de veine, on reste à ce stade toute sa vie. La seule échappatoire étant de se réfugier dans des paradis artificiels au péril de sa santé mentale.

La seule chose qui ruisselle vraiment c’est la sueur sur le front des exploités. Matt Lechien

Tentative de progression

Peut-être que vous pensez que le monde est bien comme ça ? Tout simplement parce que vous l’avez toujours connu comme ça. Tout simplement parce que l’on vous a conditionné à défendre l’indéfendable. Quelle qu’en soit la raison, nous arrivons à un moment critique de l’histoire de l’humanité et il est plus que temps d’ouvrir les yeux.

Riche qui brule un billet

Qu’il puisse exister des ultra-riches, dans l’absolu cela ne me dérange pas. Je ne souhaite pas être à leur place. En revanche, ce qui me pose un gros problème c’est quand ces sinistres personnages se permettent de faire la morale et d’imposer leurs projets destructeurs par l’intermédiaire des caniches sous leurs ordres. Au lieu de se pavaner dans les médias, ils feraient mieux de faire profil bas. Parce que fatalement, il va arriver un moment où cela va devenir tellement gros que cela va finir par éclater.

Maintenant, revenons sur Terre. Franchement, il y a un moyen très simple d’éviter une grosse explosion qui risque de nous conduire dans une situation encore pire. Il suffit juste d’arrêter ce grand n’importe quoi qu’est devenu la bourse, de fermer les paradis fiscaux et de faire circuler l’argent dans de larges proportions afin que tout le monde puisse vivre décemment.

Chaque avancée progressiste est née d’une utopie. Alors ne nous privons pas de rêver. Si les droits de l’homme étaient appliqués, si l’on arrêtait le lavage de cerveau médiatique, si l’on répartissait équitablement les richesses et si chacune et chacun avait le droit à un bout de terrain pour bâtir sa maison et s’occuper de son alimentation… A partir de ce moment là, on pourrait commencer à parler d’écologie à grande échelle. Et il ne fait aucun doute que l’on pourrait éviter la catastrophe climatique qui cause déjà de nombreux drames un peu partout dans le monde. Ce n’est pas de la politique, c’est juste du bon sens. Alors finissons-en une bonne fois pour toute avec ce maudit ruissellement qui s’assèche de jour en jour et place au bonheur partagé !

Solutions Alternatives fonctionne un peu comme un magazine qui vous propose du nouveau contenu toutes les semaines. En complément des articles, la base de connaissances vous permet d’avoir accès à différentes techniques d’autonomie. Il y a aussi les fonctions sociales qui favorisent les échanges constructifs et la synergie. Sans oublier le soutien technique professionnel pour le montage et le suivi de vos projets. En devenant membre du club vous bénéficierez d’un service de qualité tout en participant à l’élargissement de nos actions pour l’autonomie. De plus, vous êtes sûr de ne rien rater sur l’actualité des alternatives grâce à la lettre d’information que nous diffusons régulièrement. Donc merci d’avance de nous rejoindre afin que nous puissions avancer ensemble vers un véritable développement durable. L’inscription au site est simple et rapide.

Partager cet article sur les réseaux asociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

2 votes

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.