La transition écologique

Enfumage, colère

Ces derniers temps, on entend beaucoup parler de la transition écologique. A croire que cette évolution qui est redoutée par certains et ardemment attendue par d’autres serait une sorte de panacée universelle dans laquelle on peut fourrer un peu tout et n’importe quoi. Ce qui est bien pratique pour les politiciens de tous bords qui en réalité ne se préoccupent absolument pas de la véritable écologie. Tout simplement parce que cette science va à l’encontre des intérêts financiers des États et des multinationales qui maintiennent les peuples à l’état de moutons que l’on peut tondre à l’envie. Pour preuve, si vous ouvrez un peu les yeux, vous pourrez vite vous rendre compte que le citoyen a disparu depuis bien longtemps pour céder la place au consommateur. Suite à ce douloureux constat, il nous a paru utile d’essayer d’y voir un peu plus clair sur ce sujet.

La transition écologique c’est quoi ?

Déjà, on va démarrer par la base. Parce qu’il y a beaucoup de nos dirigeants qui n’ont que le mot écologie à la bouche et qui visiblement n’en connaissent pas le sens. Donc voici déjà l’étymologie de ce mot qui vient du grec ancien oikos (éco) = maison + logos (logie) = connaissance. Ce qui signifie en gros : La science de la maison. Le mot maison étant une allégorie pour désigner notre habitat naturel : à savoir la planète Terre.

Maintenant on y voit tout de suite plus clair. L’écologie est une science qui nous permet de gérer raisonnablement les ressources que nous offre notre environnement. Par rapport à cette définition, on ne peut par exemple pas dire qu’il soit écologique de rejeter massivement dans l’atmosphère du CO2 qui était piégé sous terre sous forme de pétrole. Et, autre exemple, on ne peut pas non plus qualifier d’écologique une attitude qui consiste à vouloir raser une partie de la forêt guyanaise pour implanter une mine d’or. Et ainsi de suite…

La transition écologique c’est donc basculer d’un système hautement destructeur vers un système hautement protecteur de notre environnement. L’objectif étant d’avoir un impact le plus modéré possible sur les cycles qui permettent à notre planète d’être propice à la vie. Pas la peine de s’étaler sur le sujet. Tout le monde connait plus ou moins ce qui est bon ou non pour l’intérêt général.

En revanche, ce qui est beaucoup moins connu c’est le volet social qui est indissociable de l’écologie. Tout simplement parce qu’il n’y a malheureusement pas d’écologie possible si on est dans la misère. Et pour tout dire, au niveau français, c’est bien ce problème qui a tendance à s’amplifier pour une bonne majorité de la population. Celle qui n’est rien quand on la croise dans une gare. Alors bien sûr, il faut soit une bonne dose de cynisme, ou soit être un politicien sans scrupule, pour se servir de l’écologie pour étrangler un peu plus celles et ceux qui disposent de peu de moyens financiers pour boucler leurs fins de mois. Si  on devait discréditer toute avancée vers plus de respect de l’environnement, on ne s’y prendrait pas autrement.

Plus confiance

Pourtant, en observant notre société avec attention on peut très vite se rendre compte que la transition écologique est déjà une réalité pour une infime partie de la population. Il s’agit bien entendu des riches. Et, à la limite, tant mieux pour eux. Sauf que, ce qui nous dérange fortement, ce n’est pas tant que cette classe sociale privilégiée se pavane en Tesla et exhibe ses villas très économes en chauffage sur Instagram… Non, ce qui nous dérange c’est que les plus nantis touchent le pactole sous forme de crédit d’impôt, et autres dispositifs, pour effectuer cette transition alors qu’ils n’ont pas du tout besoin de toutes ces aides. De plus, lorsque l’on en a les moyens, on a plutôt tendance à acheter des produits de qualité, ce qui est beaucoup plus écologique que d’acheter du bas de gamme non durable.

A l’inverse, lorsque que l’on ne fait pas partie des plus aisés on doit se contenter avec les moyens du bord ou bien apprendre à se débrouiller en sortant des sentiers battus. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons créé une rubrique avec des fiches techniques qui permettent d’accéder à la transition écologique avec très peu de moyens à sa disposition. Tout ça pour dire qu’en matière d’écologie il y a deux poids deux mesures qui sont gros comme le nez au milieu de la figure. D’un coté on nous présente le riche comme quelqu’un de vertueux, et à coté de ça il y a le salaud de pauvre sans conscience qui pollue. Après une telle manipulation, pas étonnant que de nombreuses personnes ne souhaitent plus trop qu’on leur parle d’écologie.

La transition énergétique

Attention les amis, maintenant cela va devenir très subtil ! Je vais vous expliquer comment Macron dernier vous enfume. En réalité, ce manipulateur patenté ne parle pas du tout de transition écologique. Tout simplement parce que cela supposerait d’en finir automatiquement avec toute la bande de malfaisants sans états d’âme qui l’ont porté au pouvoir. J’ai nommé : la haute finance mondialisée !

Dans les faits, vous pouvez vérifier, votre président parle uniquement de transition énergétique. Et la différence est de taille ! Tout simplement parce que la transition énergétique n’est pas forcément écologique. Pour preuve, si vous remplacez votre chaudière fioul par une chaudière qui brûle de l’huile de vidange, c’est une transition énergétique. Autre exemple, lorsque l’industrie pétrolière et chimique défend l’hydrogène c’est aussi une transition énergétique qui n’est pas du tout écologique. Pour plus de détails, vous pouvez lire cette contribution.

Alors au final, dans ce domaine tout est une question de vision. La vision de Macron et de ses amis les riches c’est d’absolument tout faire pour maintenir les citoyens dépendants d’un système qui les force à passer à la caisse tous les mois. A l’opposé de cette arnaque grossière, nous sommes à 200% pour l’autonomie. Et cette autonomie, grâce au progrès technologique, elle est facilement atteignable dès à présent. Tout est une question de volonté politique. Tout est aussi une question de laisser s’exprimer les personnes qui maitrisent réellement ce sujet. Mais ne rêvons pas, ce n’est pas demain la veille que vous entendrez parler d’autonomie dans les médias dominants. Et pour cause !

Pour enfoncer le clou, jetons un petit coup d’œil dans le rétroviseur. Il y a dix ans c’était la grosse mode de l’énergie solaire. Sur le fond on ne s’en plaint pas. Mais sur la forme il y a de quoi s’arracher les cheveux. Déjà, il y avait obligation de passer par EDF. Par dessus ça, il fallait ABSOLUMENT intégrer les panneaux solaires dans la toiture. Encore une belle idée d’énarque ! Je ne sais pas ce qu’ils fument dans cette école d’apprentis sorciers, mais en tout cas c’est du puissant. Le résultat de cette décision brillante c’est que cela a fait monter énormément le coût des installations sans aucune justification technique. En plus de ça, les panneaux solaires n’étant pas ventilés ils perdent énormément de rendement en été. Ce qui représente un bon manque à gagner pour les foyers qui ont investi dans cette solution. Depuis cette époque on est la risée de nos voisins européens, puisque chez eux tous les modules sont installés en surimposition. Le bilan de cette connerie c’est qu’une fois de plus c’est toujours la même caste qui s’est vu octroyer une jolie rente solaire sur 20 ans aux frais de la princesse pendant que les autres continuent de tirer la langue. Je ne parle évidemment pas du français lambda avec son kit 3 KW. Je parle de ceux qui se sont gavés avec de grosses installations subventionnées par le biais d’une taxe qui est prélevée sur les factures d’électricité de tous les citoyens. Le bilan de l’opération de cette escroquerie c’est que la population s’est détournée de l’énergie solaire alors que cette alternative est un moyen simple, désormais abordable, et très efficace pour atteindre la suffisance énergétique pour un particulier. Mais là, curieusement… personne chez nos gouvernants pour porter ce message. Braves gens, circulez ! Et surtout continuez à casquer tous les mois.

En dehors du solaire il y a aussi le potentiel hydraulique qui est honteusement sous-exploité. Ce qui est vraiment scandaleux étant donné que cette source d’énergie est propre, renouvelable et très peu couteuse (Je ne parle pas des barrages). On va d’ailleurs très prochainement mettre en ligne des fiches techniques sur ce sujet pour que vous puissiez vous rendre compte de cet énorme potentiel. Et des exemples comme celui-ci il y a en a plein ! Mais une fois de plus, tout est une question de vision. Par exemple, il faut bien se faire une raison : Du pétrole il y en aura bientôt plus. Alors prenons le cas des véhicules électriques. On peut avoir la vision à Macron qui consiste à aller dans le sens des lobbies de ce secteur, et puis il y a notre vision qui consiste à encourager la conversion à l’électrique du parc de véhicules existants et d’utiliser les énergies renouvelables en circuit court pour le rechargement. C’est une opération qui reviendrait à environ 5000€ par voiture particulière, en incluant quelques panneaux solaires pour recharger à la maison. C’est sur cette alternative qu’il faut mettre une prime, pas sur les véhicules électriques de luxe que pas grand monde peut s’acheter. On en a déjà parlé et on aura l’occasion de revenir sur ce sujet très prochainement. En attendant, le plus important c’est de retenir que de nombreuses solutions existent pour vous faciliter la vie et vous redonner du pouvoir d’achat tout en prenant soin de notre environnement. Et il faut aussi en retenir que le bilan des actions écologiques du « Champion de la Terre » c’est zéro pointé ! Quand on fait voter des lois en pleine nuit pour prolonger l’utilisation de produits phytosanitaires cancérigènes qui déciment les abeilles, le minimum du minimum c’est de fermer sa gueule et de ne pas venir donner des leçons d’écologie à la télévision !

La synthèse en image

Plutôt qu’un long discours, ce dessin résume très bien la différence entre le monde que défendent les politiques et le monde que nous défendons. D’un coté une société pyramidale, avec sa cohorte de chefs, de petits chefs, de chefaillons, de cadres, de managers à la con… Bref, un monde qui nous opprime, qui nous presse sans cesse comme des citrons, qui nous divise et qui nous conduit à notre propre perte. A l’opposé, n’en doutez pas, il y a la possibilité de faire émerger un nouveau monde qui ne sera peut-être pas parfait, puisque la perfection n’est qu’une utopie, mais qui aura au moins le mérite d’être basé sur le respect le plus élémentaire des personnes et de leur cadre de vie. Le seul truc c’est qu’il va falloir se battre énergiquement pour y arriver. Parce qu’il ne faut pas se leurrer, les morpions qui nous sucent jusqu’à nos derniers centimes ne sont pas disposés à abandonner leurs privilèges.

Le nouveau et l'ancien monde

En conclusion

Pour nous, l’urgence absolue c’est d’en finir une bonne fois pour toute avec la misère alors que le pays est riche. Tout ce que l’on souhaite du fond du cœur c’est que tout le monde puisse passer de bonnes fêtes de fin d’année. Dans la joie et la bonne humeur. Après ça, on aura tout le temps de parler de véritable écologie quand nos frigos seront un peu plus remplis. Si vous souhaitez que l’on puisse avancer, on ne peut que vous encourager à sortir dans la rue samedi 1er décembre prochain pour revendiquer plus de justice sociale et l’écologie pour tous. Et si vous êtes d’accord pour que l’on puisse avancer sur ces points, on vous encourage vivement à partager cette contribution avec vos amis afin qu’elle participe à faire avancer le débat. Nous ne sommes qu’un petit média libre et indépendant avec très peu de moyens. Nous ne pouvons être efficaces sans votre participation. Partager une publication cela ne prend même pas deux secondes. Comme quoi, il ne faut vraiment pas grand chose pour faire progresser un idéal 😉 Quoi qu’il en soit, merci d’avoir lu jusqu’au bout. Et pour se motiver, on va se passer une petite musique qui va remonter le moral des troupes 🙂


Abonnez-vous

Restez informé !

Pour être automatiquement averti par courriel quand une nouvelle contribution est publiée ou mise à jour dans cette rubrique, merci de cliquer le bouton ci-dessous :

Suivre cette rubrique
139 abonnés
X

Suivre cette rubrique

E-mail : *

Partager cet article sur les réseaux asociaux :
Facebooktwittergoogle_pluspinterest

4 votes

Laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.